Top 14 : Les prédictions 2013/2014 d'Ovale Masqué
par Ovale Masque

  • 12 août 2013
  • 8

Pour vous aider à mieux comprendre la saison à venir et pour éviter les surprises, l'équipe de la Boucherie Ovalie a bien réfléchi cet été entre deux Ricards et vous a préparé ses pronostics. Aujourd'hui, à tout seigneur tout honneur, c'est Ovale Masqué qui lance la série. Viendront ensuite les prédictions de Damien Try, Marcel Caumixe, Pilou et le Stagiaire.

glasses frames online

Le Top 6 : Toulon – Castres – Toulouse – Clermont – Racing – USAP

Comme chaque année, Canal + a décidé de programmer tous les matchs à 14h30 en plein mois d'août, ignorant visiblement le concept de canicule. Une décision qui entraîne une série de drames au sein de l'effectif du RC Toulon, puisque 8 trentenaires de l'effectif décèdent tour à tour lors du premier mois de compétition. Laurent Bénézech n'hésitera pas à parler des effets néfastes du dopage, tandis que Mourad Boudjellal poursuivra les familles des joueurs en justice pour contrat non honoré. Le début de saison est également entaché par Mike Phillips, grand pourvoyeur de MST, qui est à l'origine d'une énième épidémie d'oreillons. Le championnat est donc dominé par Oyonnax et Grenoble, deux clubs situés dans une région où le soleil ne brille jamais et où on ne baise qu'en famille.

Mais petit à petit, les choses rentrent dans l'ordre et le RCT récupère les rênes du Top 14 grâce au renfort de 12 jokers médicaux, dont Dan Carter, Ma'a Nonu, Sonny Bill Williams et Daniel Larrechea. Étonnamment, Castres est le seul club à pouvoir suivre le rythme des Toulonnais : il faut dire qu'ils sont très remontés par le fait que plus personne ne se souvienne qu'ils sont champions de France en titre. Devenu complètement ringard et dépassé, le Stade Toulousain effectue lui aussi sa saison dans l'anonymat le plus total, et s'enfonce dans les profondeurs du classement : auteurs d'une saison ratée, les Rouge et Noir termineront à une honteuse 3ème place. Derrière, on retrouve Clermont, dépressif et ne souhaitant plus se fatiguer à gagner tous ses matchs de championnat par 60 points d'écart si c'est pour passer pour des cons en finale. Pour la petite histoire, c'est le CA Brive qui brisera le record de victoires à domicile des Jaunards.

Le Racing sera également auteur d'une saison décevante, principalement à cause du duo Labit & Travers, incapable de parler l'anglais, et qui impose du bal musette à ses joueurs dans les vestiaires. Mais la palme du plus gros fiasco revient à Montpellier, qui finit par se rendre compte qu'ils ont fait une belle connerie en déversant une fortune pour recruter Nicolas Mas, pile l'année où l'IRB décide de supprimer la mêlée. Longtemps attendu, René Ranger arrive finalement à la mi-mai et parvient à inscrire 7 essais en l'espace de 3 matchs. Pas suffisant pour Montpellier qui est devancé par l'USAP à la 6ème place du championnat. Pas de vannes pour ce passage, affirmer que l'USAP sera dans les 6 est assez rigolo en soi.

Les relégués : Brive et Biarritz

Malgré sa belle victoire au Michelin, Brive ne réussit pas à se maintenir et est officiellement relégué lors de l'avant-dernière journée, après une défaite contre Grenoble sur un drop de 60 mètres de Julien Caminati. Biarritz accompagne les Coujous en ProD2. Mourad Boudjellal décide alors de proposer un poste de stagiaire à la compta de la buvette du RCT à Serge Blanco. Après une longue hésitation, ce dernier accepte.

Lors des phases finales, Toulouse et le Racing créent la surprise et parviennent à se qualifier pour la finale, profitant de la fatigue de leurs adversaires engagés sur plusieurs tableaux. C'est finalement Toulouse qui remporte la finale grâce à un essai du jeune talonneur William Servat dans les dernières minutes du match, réalisant au passage un historique doublé Bouclier de Brennus – Trophée Pierre de Coubertin. Dans la foulée, Guy Novès décide de prendre sa retraite et de passer la main à Jean-Baptiste Elissalde. A Toulouse, ce titre ne sera donc pas fêté, et restera vécu comme la plus grosse catastrophe ayant touché la Ville Rose depuis l'explosion d'AZF.

H Cup :

Le Stade Toulousain se qualifie avec brio pour les ¼ de finale, ce qui est finalement la moindre des choses quand l'on tombe dans une poule d'Amlin Cup. L'USAP réussit également son retour sur la scène européenne en battant Edimbourg à Aimé Giral. Les Catalans perdront malheureusement tous leurs autres matchs.

Comme chaque année, Castres et le Racing seront ridicules et préféreront se concentrer sur le championnat, qui comme on le sait, favorise leur style de jeu porté vers l'offensive. Clermont écrase sa poule, tout comme Toulon, et les deux clubs se retrouvent en finale. Brock James réussira à se venger de Delon Armitage en lui tirant la langue dans les couloirs du Millenium Stadium. Une maigre consolation pour les Clermontois, battus 24 à 23 après un essai sur interception de Bryan Habana à la 83ème minute. Le taux de suicide dans la région Auvergne atteint son pic historique.

Challenge Cup :

Comme si on en avait quelque chose à foutre.

zp8497586rq