Gloucester – UBB : La conclusion du plan Marti (2/2)
par La Boucherie

  • 12 juin 2015
  • 9

Par Raphaël Ibanesse,

 

Je vous avais présenté il y a quelques jours le plan de Laurent Marti. Aujourd’hui on va aborder la phase finale de ce plan, les 80 minutes qui en font une réussite, le match qui a fait que l’UBB n’ira pas jouer le jeudi soir devant 4 personnes et 1 chien (coucou les Montpelliérains) : le barrage Gloucester – UBB.

 

Le XV des cannelés :

Pour ce match Ibanez et son staff ont opté pour la continuité par rapport au match face à Toulouse. Seuls 4 changements sont effectués dans le XV de départ : L’élu (Jefferson Poirot pour les 3 du fond qui ne suivent pas) et Toetu remplacent les piliers Poux et Gomez-Kodela, Tauleigne blessé est remplacé par Saili et Guitoune forfait de dernière est suppléé par le héros du match précédent : Lionel Beauxis.

 

Capture d’écran 2015-06-12 à 09.28.42

Comment vous voyez la compo de l’UBB / Comment La Boucherie Ovalie et Yannis Dom voient la compo de l’UBB (via @arbleiz56)

 

Le plan du match :

L’UBB s’apprête à disputer un match de coupe d’Europe capital en Angleterre. Comme tout bon supporter de rugby le sait, cela veut dire que elle aura le droit à un « arbitrage discutable » (c’est le terme professionnel pour « sodomie arbitrale »).

Pour tenter d’éviter cela, Laurent Marti met au point un stratagème ingénieux : Se faire rouler dessus pendant 35 minutes pour provoquer un relâchement des joueurs de Gloucester et faire croire à l’arbitre qu’il pourra faire gagner l’équipe anglaise sans tricher, puis remonter petit à petit au score et repasser devant en fin de match pour ne pas laisser le temps à ce même arbitre de siffler une ultime pénalité qui priverait l’UBB d’une place en Champions Cup.

Le résumé du match :

1′ : Les joueurs de l’UBB semblent avoir bien compris le plan puisque sur la première attaque de Gloucester ils se mettent inutilement à la faute. Laidlaw passe la pénalité.
Gloucester 3 – 0 UBB

10′ : Les avants jouent le jeu et concèdent une pénalité en mêlée.
Gloucester 6 – 0 UBB

15′ : Tout réussit aux joueurs de l’UBB puisque même les rebonds sont pour Gloucester. Après un coup de pied par-dessus la défense de Bernard où Talebula et Beauxis sont à la réception, le ballon rebondit et décide de repartir dans les mains de Sharples qui contre-attaque. 2 temps de jeu plus loin c’est au tour de Hook de tenter un coup de pied par-dessus la défense. Là aussi le rebond est pour Gloucester, et plus particulièrement Purdy qui aplatit en coin. Laidlaw réussit la transformation.
Gloucester 13 – 0 UBB

23′ : Comme en début de match les béglais se mettent bêtement à la faute. Comme en début de match Laidlaw passe la pénalité.
Gloucester 16 – 0 UBB

28′ : Mêlée dans les 22 de Gloucester. Le Messie (je parlerai toujours de Jefferson Poirot dans ces termes-là faudra vous y faire) commence à en avoir marre de devoir mal jouer, oublie le plan et emporte la mêlée anglaise. Pénalité logique et Bernard inscrit les premiers points de l’UBB dans ce match.
Gloucester 16 – 3 UBB

32′ : Heureusement le seul et l’unique (c’est bon plus besoin de préciser de qui il s’agit) se rattrape et sur une nouvelle mêlée accepte de concéder une pénalité.
Gloucester 19 – 3 UBB

35′ : C’est le moment que choisit l’UBB pour se réveiller. Après avoir réussi à enchaîner plusieurs temps de jeu pour la première fois du match, elle pousse son adversaire à la faute et obtient une pénalité.
Gloucester 19 – 6 UBB

38′ : Percée de Cook dans les 22 de l’UBB qui transmet en offload à Moriarty qui perd le ballon sur un plaquage de Vous-Savez-Qui. Beauxis récupère et transmet le ballon à Talebula. Ce dernier, qui jusque-là semblait autant concerné par le match que la commission de discipline par le stamping d’Huget, casse le premier rideau et va marquer entre les poteaux 80 mètres plus loin. Bernard transforme. Le score n’évoluera plus jusqu’à la mi-temps. Gloucester 19 – 13 UBB

43′ : Gloucester semble complètement assommé par l’essai de Talebula. Heureusement par deux fois ce dernier leur rend gentiment le ballon sur des offensives girondines. C’est qu’il faudrait voir à pas repasser devant au score trop tôt.

45′ : Sentant le vent tourner, l’arbitre décide d’agir et commet l’irréparable : IL DONNE UN CARTON JAUNE A CELUI-DONT-ON-NE-DOIT-PAS-PRONONCER-LE-NOM ! Soyons clairs, les dieux du rugby tolèrent que les arbitrent sifflent des pénalités contre leur Messie. Ils tolèrent également que les arbitrent avertissent verbalement leur Messie. Mais qu’ils aillent jusqu’à exclure le Messie du terrain, ça c’est inacceptable. Sans le savoir, Hodges vient de provoquer la colère des dieux.

Capture d’écran 2015-06-12 à 09.32.01

La réaction des dieux du rugby devant le carton jaune de leur élu

 

47′ : Les joueurs de Gloucester comprennent le piège dans lequel ils sont tombés et décident de réagir. Sur une chandelle anodine ils blessent Beauxis qui avait parfaitement réussi à endormir leur méfiance, grâce à sa maîtrise sans pareil des plaquages ratés et des réceptions de chandelles foireuses. Il est contraint de sortir et laisse sa place à Serin.

Capture d’écran 2015-06-12 à 09.32.08

La réaction d’Ovale Maqué devant le joueur qui a blessé Lionel

 

57′ : Les joueurs béglais font fi du plan et décident d’honorer la mémoire de leur camarade trop tôt sorti du terrain. Sur une touche sur les 40 mètres de Gloucester, ils enchaînent plusieurs temps de jeu au prés. Lesgourgues, rentré à la place d’Adams, décide d’écarter sur Bernard. Ce dernier feinte la passe et prend l’intervalle. Il transmet à Marais, qui transmet à Rey qui arrive en se faisant plaquer à passer le ballon à Talebula qui inscrit son deuxième essai du match. Bernard la transformation et l’UBB prend les commandes au score pour la première fois du match. Il lui faut tenir le résultat encore plus de 20 minutes.
Gloucester 19 – 20 UBB

65′ : L’UBB parvient coup sur coup à éviter deux essais grâce à la défense de Serin, et un peu aussi parce les anglais sont nuls. Plus que minutes à tenir.

71′ : Instant « Nigel Owens » du match. Les béglais récupèrent un ballon dans leur 22 et relancent par l’intermédiaire de Connor. Ce dernier se prend un croche-pied de la part d’un anglais et sur le ruck qui suit l’arbitre siffle une pénalité pour une faute « peu évidente » (c’est le terme professionnel pour « imaginaire »). Laidlaw fait repasser son équipe devant au score. Laurent Marti le sait, seul un miracle peut encore sauver son équipe.
Gloucester 22 – 20 UBB

Capture d’écran 2015-06-12 à 09.32.17

Nigel Owens adoubant Hodges

 

79′ et 45 secondes : Instant « Miracle » du match. Alors que les anglais enchaînent les picks and go dans le camp de l’UBB, les dieux du rugby décident de se venger de l’arbitre. Ils lui font oublier que l’UBB est une équipe française et sur un bon grattage de leur envoyé sur Terre, Hodges siffle une pénalité. Il autorises même Bernard à la taper rapidement en touche, là où n’importe quel autre arbitre anglo-saxon aurait réussi à gagner 15 secondes et obliger l’UBB à jouer à la main.

80′ et 30 secondes : Sur la pénaltouche les béglais entament un maul écroulé illégalement dans les 22 anglais. L’arbitre, toujours sous influence divine, donne un avantage à l’UBB. Lesgourgues en profite et sert Bernard en position de drop. Les dieux du rugby libéreront Hodges juste à temps pour qu’il accorde le drop de la victoire à l’UBB. Le match est fini, et l’UBB est en Champions Cup.
Score final : Gloucester 22 – 23 UBB

Capture d’écran 2015-06-12 à 09.21.54

A votre avis, Pierre Bernard sourit parce que :

1. Il vient d’inscrire le drop de la
victoire tel un Johnny Wilkinson
des grands soirs ?

2. Il vient de gagner un match de phase
finale et pense aux supporters clermontois qui vont encore perdre une finale la semaine prochaine ?

3. Il s’imagine Jake White sur le bord du terrain un jeudi soir pour un match de Challenge européen en Roumanie ?

 

Bilan :

Malgré quelques accrocs, le plan de Laurent Marti est une réussite. L’UBB est en Champions Cup, Ibanez reste son manager et excepté Guitoune aucun joueur n’est appelé pour préparer la coupe du monde. Il peut préparer la prochaine saison et son premier Brennus l’esprit tranquille parce que oui, personne ne recrute un joueur comme Ashley-Cooper pour juste intégrer le top 6, à part le Racing bien sûr.

 

Capture d’écran 2015-06-12 à 09.32.25

Coucou la Champions Cup, j’arrive !