Eddy Ben Mitchellous – Le Racing Club de France
par Copareos

  • 16 mars 2018
  • 9

 

Conscient qu’il n’atteindra jamais le niveau de Légende Racing Métro 92, Eddy Ben Mitchellous a tout de même voulu rendre hommage à son cher club avec une chanson pleine de nostalgie.

 

On y parle d’Yves-du-Manoir, de Cardin et de Vianney. On peut donc parler d’une oeuvre 100% Hauts-de-Seine.

 

Vidéo réalisée par @Greub, le Yionel Beauxis du diaporama.

 

 

L’arbitre siffle déjà et le match est terminé.
Je réveille mon voisin, il dort depuis la première mêlée.
Je remets ma veste Cardin, j’ai une envie de bailler
C’était l’Racing Club de France, c’était la dernière séance
Et le club va maintenant déménager.

 

Le délabrement du stade peut faire sourire ou pleurer
Mais je connais le destin d’une enceinte aussi âgée
Remplacée par une salle aux airs de building supermarché
Jacky n’lui laisse pas de chance, c’était l’Racing Club de France
Et le club va maintenant déménager.

 

Bye bye les enfants qui jouaient derrière la piste d’athlé.
Bye bye rendez-vous à jamais le terrain tout glacé, glacé.
J’allais fier, avec entrain, dans ce stade tout paumé.
Une bonne demi-heure de train, 20 minutes de marche à pied.
On voyait Dan Carter, qui ne défendait jamais.
C’était un public en transe, c’était l’Racing Club de France
Et le club va maintenant déménager.

 

Bye bye les tribunes fissurées menaçant de s’effondrer
Bye bye rendez-vous à jamais le terrain tout glacé, glacé.
Yves du Manoir s’arrête là, le stade est vide à pleurer
Direction la U Arena, et ses 22 degrés.
Chavancy pleure dans un coin, Vianney vient le consoler.
C’était l’Racing Club de France, c’était sa dernière séance
Et le monde n’en à rien à branler.