Salem Athalie
par Capitaine A'men'donné

  • 19 mai 2017
  • 11

 

Dans la même collection :
Classement Britannicus
Inter-Esther
Andromaque Cullough
Jiff Will Genia
Phèdre râle I
Phèdre râle II
Phèdre râle III

 

Drame en 1 acte.

 

Liste des personnages :
Salem Athalie : Arbitre.
Scapinno : 9 vert, fourbe.
Brighella : 9 jaune, vicieux.
Beltrame: 2 vert, brute épaisse.
Paillasse: 3 jaune, jeune prometteur (même si on sait pas bien de quoi).

 

Décor : un terrain de rugby.

 

Scène première – un trois-quart vert et deux jaunes, Salem Athalie.
(Un joueur est sur le terrain, en position défensive. Deux adversaires pénètrent sur la scène, celui qui a la balle la passe (mal) à son coéquipier qui fait en-avant. Salem Athalie entre à son tour, siffle l’en-avant et ordonne une mêlée.)

 

Salem Athalie (faisant le geste de la mêlée):
Cette dangereuse action vendangée? Mécréants !
Par une passe trop hâtive, pour commettre l’en-avant,
Le règlement est clair : même si involontaire,
L’infraction est flagrante, le ballon est par terre :
Ce sera une mêlée sur la place du délit,
Introduction neuf jaune, tenez-le-vous pour dit.

 

(Les trois-quarts sortent.)

 

Scène 2 – Salem Athalie, les 16 avants, Scapinno, Brighella.
(Les joueurs se mettent en place.)

 

Salem Athalie (à tous) :
Voici le lieu exact, par mon pied indiqué.
Première mêlée du match, je vous ai tous à l’œil,
Vous n’êtes pas au catch, ni à une lutte syndiquée
Contre un patron véreux. Rugby, je veux ton deuil
Au plus tard reporté. Car si je suis arbitre,
C’est par amour du jeu. Soyez dignes, pas des pitres.

 

Le Chœur des premières lignes (narquois et se toisant mutuellement) :
Oui, monsieur !

 

Salem Athalie :

Car à l’engagement, votre 10,

Messieurs les verts, tout le monde en témoignera,
Voulut taper en touche, ce triste scélérat.
Mais plutôt Jean-Marc Doussain que Yionel Beauxis,
En tentant son forfait, le malandrin dévisse.
Ça lui apprendra bien, n’est pas qui veut Grandisse.
Ô combien ridicule, cet étalage de vice,
Et sans aucun scrupule, cet appel au supplice,
D’une générale souhaitée pour ouvrir la partie.
C’est une leçon pour tous, car le crime ne paie pas,
Et sera dans ce match cause de votre trépas.
De mon intransigeance vous voilà avertis,
Point de débordements ne seront acceptés,
Car les sanctions idoines seront vite adoptées !

 

Le Chœur des premières lignes (même jeu) :
Oui, monsieur !

 

Salem Athalie :

Bien, alors, prenez donc position.

Respectez bien mes ordres : Flexion ! Liez ! Jeu !

 

Le Chœur des premières lignes (entrant en mêlée) :

Grah !

Brighella (à ses avants):
Ils voulaient la baston, ne soyons pas ingrats.
Vu que ce sont nos hôtes, qu’ils aient satisfaction.
(à ses adversaires)
Hé bien filles d’enfer, vos mains sont-elles prêtes ?
(Il introduit et la bagarre éclate. Ricanant et à Scapinno, lui aussi accroupi:)
Mais qui sont ces serpents qui giflent sur nos têtes ?

 

(les avants sortent de scène en se battant, suivis par Salem Athalie. Pendant toute la durée de la scène 3, on entend le bruit de la bagarre et les coups de sifflet de l’arbitre.)

 

Scène 3 – Scapinno, Brighella.

 

Scapinno:
Que voilà une affaire bien rondement menée.
Le plan de jeu du jour, c’était faire les benêts.
Notre ouvreur faisant montre de son incompétence,
Nous crûmes bien devoir être obligés de jouer.
Mais ça n’a pas duré ! Peu soucieux de jactances,
Vous avez renchéri dans cette veine classique
Horrifiant mais aussi ravissant les caciques.

 

Brighella :
Oui. C’est notre fierté, et parfois notre croix,
Nos traditions perdurent, ce n’est pas juste un choix.
De l’hospitalité, les règles sont très claires
Il faut à l’adversaire faire cracher sang et glaires,
Sinon nos supporters nous en tiendront rigueur.
Interdit par ici d’excuser la mollesse !
Ce n’est ni par penchant, ou par gaieté de cœur,
Car les dieux de ce jeu sont pour nous d’Argelès,
D’Aubenas, de La Seyne, c’est ce qu’on fait de mieux,
Pour préserver vivante la légende du jeu.

 

Scapinno :
Nous avons les mêmes références en philo,
À t’entendre, ça s’annonce tout aussi poétique
Et suppurant qu’une infection aux staphylos.
Profitons du spectacle de ces seize cornichons
À qui les coachs ont bien monté le bourrichon.
Dis-donc ton 4 il a l’air plutôt turbulent !

 

Brighella :
Et le tiens a une tête de premier communiant,
Peut-être ? Il fait, pourtant, son timide comparé
À l’enthousiasme de ton sémillant talonneur.
10 balles que c’est bien lui qui aura la primeur
Du carton que l’arbitre a déjà préparé !

 

Scapinno :
C’était prévu, le gonze n’est bon qu’à la bagarre.
Si les points de suture comptaient dans le rugby,
Sans aucun doute possible, il serait notre star.
(la clameur de la bagarre reprend)
Oh ! Ton 1 se débrouille pas mal pour un newbie !

 

Brighella :
La valeur n’attend pas le nombre des années !
Formé au club, son gros kiff c’est emboucaner.
C’est un gaucher typique, un moderne Bouzigue,
Ton flanker en a fait la terrible expérience,
Figure-toi Scapinno, qu’il craint un seul contact,
Parmi ceux de ce sport, celui de la bechigue,
Et vu ce qu’il en fait, c’est de la clairvoyance.
Mais voilà que fini ce sympathique entracte,
Contrairement à ce que tu sous-entendais,
Notre arbitre a tout vu, n’a pas de cataracte.
La bagarre n’a pas l’air de l’avoir fait bander,
De ses menaces il va devoir passer à l’acte.
Vous avez un blessé à déplorer, ton 3
Sur la suite du match, il peut faire une croix,
Faisant les frais d’un coup de chausson pernicieux.
C’est officiel, la guerre des 3 n’aura pas lieu !

 

(Ils ricanent un instant puis se toisent.)

 

Scapinno :
Connard.

 

Brighella :

Pédé.

 

Scène 4 – Salem Athalie, les deux capitaines, Beltrame, Paillasse.

 

Salem Athalie :

Messieurs, venez donc avec moi.

Face à un tel chaos, il fallait faire un choix.
Cartons rouges évidents, mais à qui et pourquoi ?
De tout les cons présents, lesquels en furent les rois ?
Premièrement, 2 vert, vous fûtes spectaculaire.
Pour l’ensemble de votre œuvre, vous êtes sommé de sortir.

 

Beltrame :
Hé ! Mon plaisir est d’être le meilleur dans le pire !
Avec cet objectif, c’est le moins qu’on puisse faire.

 

Salem Athalie :
Quant à vous, 1 jaune…

 

Paillasse :

Gné ?

 

Salem Athalie :

Je me souviens de vous,

Déjà quand vous jouiez en junior Balandrade,
Vous fûtes naguère capable des gestes les plus fous.
Votre adversaire direct n’a plus rien comme visage,
Qu’un ersatz ressemblant à de la piperade.
Sachant que mon rôle veut que je passe outre votre âge,
Et que la règle est claire au sujet du stamping,
Étant au jeu ce qu’à l’humour figure Camping :
Un avilissement d’une notion pourtant digne.
C’est donc carton rouge !

 

Paillasse (contrit) :

Gné…

 

Scène 5 – Salem Athalie, les deux capitaines.

 

Salem Athalie :

Capitaines ! Prévenus,

Vous n’épargnâtes pas à ce match les pignes.
La normalisation serait la bienvenue,
Car la prochaine fois ce sera match arrêté.
Faites les changements, et rejouez la mêlée,
Suivez mes ordres cette fois, et sans vous rebeller.
Du rugby clean, c’est tout ce qu’on peut vous souhaiter.

 

Scène 6 – Salem Athalie, les 14 avants, Scapinno, Brighella.

 

Le Chœur des premières lignes :
Oui, monsieur !

 

Salem Athalie :

Bien, alors, prenez donc position.

Respectez bien mes ordres : Flexion ! Liez ! Jeu !

 

Le Chœur des premières lignes (entrant en mêlée) :

Grah !

 

Salem Athalie (crispé) :

Oui neuf !

(Brighella introduit, la mêlée s’effondre.)
Elle est dans les pieds du 8 ! Jouez-la !

 

(Le 8 ramasse la balle, part petit côté et passe à Brighella, mais Scapinno avait bien suivi, fait une cuillère à Brighella qui commet l’en-avant. Salem Athalie soupire, et siffle mêlée pour les verts.)

 

Brighella (Bas, à Scapinno):
Savoure, mais tu paieras, promesse de Brighella.

 

Scapinno (Bas, à Brighella) :
Viens-y, tu n’auras pas à faire à un ingrat.

 

(Les joueurs commencent à se disposer en mêlée, Salem Athalie est seul visible sur scène.)

 

Scène 7 – (Salem Athalie) :

 

Salem Athalie :
Le match a commencé il y a quoi ? Un quart d’heure.
Statistiques déplorables : temps de jeu effectif,
2 minutes, tout au plus ; exclus, un talonneur
Plus un pilier déjà, et c’est définitif ;
Des mêlées chahutées ; par 2 fois de la balle,
La maîtrise contrariée ; une honteuse générale ;
Une sortie sur civière ; Et ce piètre jeu au pied
Lamentable d’intention, et mal exécuté,
Qui plus est. Le rugby, sciemment persécuté
Par ses pratiquants même. À personne ça ne sied,
Alors pauvre de moi, venu pour arbitrer
30 abrutis complets avides de s’emplâtrer,
Au lieu de profiter de ce dimanche de mai…
Mon rôle a une odeur rance de vacuité!
Quoique grâce au buffet, je pourrait me cuiter,
Ce faisant je pourrais dire merde à Mahomet,
Dont les antiques préceptes ne m’ont pas évité
D’être plongé dans ce job plein ambiguïté.
Arbitre de rugby, voilà un rôle scabreux,
Dont l’inanité n’a d’équivalent connu
Que la très discutable influence de l’ONU.
L’arbitrage est souvent un chemin salébreux,
Seuls face à des joueurs peu coopératifs,
Alors que nous sommes là pour qu’ils puissent s’amuser.
Ce qui arrive souvent, certes, mais ils sont rétifs
À nous y inviter, ils préfèrent accuser.
Promptement ils embarquent l’autre camp dans la bagarre,
Mais nous laissent de côté. Et Salem Athalie,
S’il veut se bagarrer ? Est-ce une anomalie ?
Avec personne je peux m’en foutre plein le cigare !

 

–Fin–

Merci à Greub pour le montage et à L’Affreux Gnafron pour le coup de main. Merci et bravo à Salem Attalah qui s’apprête à prendre sa retraite alors qu’il est en meilleure forme physique que 95% des arbitres français. Mais maintenant que t’as le droit, va falloir nous balancer des anecdotes croustillantes.