Vers une fusion entre l’USAP et le RC Lens ?
par John Pils

  • 17 avril 2017
  • 5

Par John Pils, avec l’aimable aide de Davy Dora Doux,

 

 

D’après nos sources, le rapprochement de ces deux géants du passé est plus que jamais d’actualité. En effet les deux anciens champions de France qui visent depuis quelques années la remontée dans l’élite, comptent se servir de leurs expériences respectives pour redorer leurs blasons.

 

Le projet est très ancien : 1998. La même année l’USAP perd sa finale de Top 14 contre le Stade Français et le RCL échoue en finale de le Coupe de France contre le Paris-Saint-Germain. Alors que le président historique Gervais Martel épongeait son désespoir Rue de la soif à Paris, il croisa, accoudé au même bar, Alain Teixidor alors entraîneur de Perpignan. Vite réunis par un socle commun que sont les valeurs et l’alcool, les deux hommes avaient alors envisagé cette fusion plutôt ambitieuse.

 

C’est aujourd’hui près de 20 ans plus tard, alors qu’on la croyait oubliée tel un vulgaire coup d’un soir, que resurgit cette idée afin de permettre le retour vers le devant de la scène de ces deux monuments du sport français. Les points communs qui lient ces deux clubs sont si évidents que l’on se demande d’ailleurs pourquoi l’idée a mis tant de temps à émerger.

 

Comme dans la vraie vie, pas évident de distinguer le gitan du chti.

 

Ce qui frappe le plus, ce sont bien évidement les couleurs: Sang et Or ! Les maillots, faux jumeaux depuis toujours, sont arborés fièrement par les supporters des deux camps. Une légende raconte même que les ultras des deux clubs ont traditionnellement les dents jaunes et le teint rougeaud en hommage à leurs couleurs.
C’est également l’histoire récente des deux protagonistes qui les poussent à s’unir. Deux champions de France avec un socle de supporters solides qui ont plongé dernièrement dans le gouffre de la deuxième division. Pourtant il n’y a pas si longtemps, ils tenaient tête aux cadors européens et ont tout deux vécu une épopée mémorable. Si d’un côté on se gargarise encore de la victoire contre Arsenal fin des années 90, les Catalans quant à eux se souviennent forcément de la victoire 27 – 16 contre Trévise en 2009.

 

Afin de mener à bien ce projet, deux légendes sont aux manette s: Jean-Guy Wallemes et David Marty. Les hommes étaient fait pour s’entendre. Au delà de leur amour respectif du maillot, les joueurs ont trouvé un point commun fondateur : leur jeu de tête exceptionnel.
Ces leaders légendaires ont d’ores et déjà impliqué des anciens coéquipiers. Jean Pierre Perez et Tony Vairelles envisagent d’ouvrir un salon de coiffure, Cyril Rool et Gregory Le Corvec ont prévu une exposition au Louvre-Lens de leurs plus beaux cartons. On parle même d’un accord entre Dan Carter et Elhadji Diouf pour faire une salle des trophées communes. Les trophées de meilleur joueur du monde du Néo-zélandais auraient alors fier allure à côté des deux ballons d’or africains du Sénégalais.
Des bruits circulent aussi sur un duo de coachs historiques. Le Druide lensois Daniel Leclerc en association avec Jacques « Astérix » Brunel. Nul ne doute que la potion qu’ils concocteraient, serait un excellent cru !

 

L’amour des chiffres et la générosité des présidents permettra de boucler des budgets solides. Effectivement, avec les 20 millions promis par Mammadov et les 6 MILLIONS de François Rivière, c’en serait fini de la crainte de la DNACG.
Les supporters catalans seraient aussi les premiers gagnants. Fini le laborieux « Estaca », ce chant compliqué et si peu rassembleur ! Ils pourraient entonner à la mi-temps un vrai hymne connu de tous : « Les corons ».

 

« On a le même maillot, on a les mêmes passions. »

 

Les offices du tourisme d’Occitanie et des Hauts-de-France sont sur le pied de guerre afin de saisir l’occasion en or. On sait que ces deux régions sinistrées par l’alcoolisme due à la proximité des frontières espagnoles et belges peinent à rayonner dans l’hexagone. C’est pourquoi dans les collèges des échanges sont déjà envisagés. Ces séjours sont toujours un bon moyen de travailler les langues étrangères.

 

Alors que Paul Goze a donné sa bénédiction à la condition que l’USAP promette de rajouter des fricadelles à la buvette, le Racing a lui commandé un concert de Kendji Girac pour clôturer sa saison en beauté ! Ce ne sont peut être que des petits signes mais les observateurs avisés n’ignorent pas qu’ils présagent de grandes choses !

 

Deux noms se dégagent pour illustrer ce nouvel ogre du sport français le « Club Amical Naissant à Ambition Large – Perpignan Lens Union Sportive » ou bien une « Entente Nouvelle Catalane Union Lensoise Expérience Sportive ». Quelle que soit son appellation, nul ne doute que ce club glanera vite de nombreux titres.