K0

Le Top Kartorze : bilan à mi-parcours
par La Boucherie

  • 30 décembre 2011
  • 2

Une contribution signée MLF, 8 ans et demi.

Le Top Kartorze

Le championnat de France termine la phase des matches allers. Il est donc temps de tirer un bilan de cette première partie de championnat, afin d’analyser les forces en présence, les bonnes surprises, les confirmations ainsi que les désillusions en vue de lancer le sprint final vers le bouclier de Brennus et les places européennes. Pour cela, je vous propose une analyse détaillée de ce qui s’est passé depuis août, en Top Kartorze.

Le paddock :

Pas de Marion Jollès dans l’équipe de rédaction pour réaliser de belles interviews en direct des stands. Il faudra donc se contenter de ces quelques présentations des principales forces en présence. A noter que certaines écuries n’ont pas présenté officiellement de pilotes comme le Racing et Toulon.

Ovalion pour Toulouse : un kart encore un peu plus renforcé.

Michelin pour Clermont : LE kart qu’il faudra suivre cette saison.

Bikounet pour Montpellier : après une deuxième place l’an dernier, il s’agira de confirmer.

L’Indien Geronimo pour Biarritz : enchaîne les pépins.

 

La Princesse pour Paris : plongeon ou résurrection cette année ?

L’Aigle pour Agen : une bonne première saison, confirmation attendue.

Zouzou pour Brive : un kart qui a faillit sombrer l’an dernier, ce sera dur cette année.

Olympix pour Castres : l’éternel outsider

Cap de Burro pour Perpignan : Champion il y a 2 ans et pas européen cette année, en pleine transition avec des changements dans son staff

Pottoka pour Bayonne : nourrit une grosse ambition, un kart à surveiller de près

La Tortue pour l’UBB : de retour dans l’élite, il se battra pour y rester

Le Loup pour Lyon : Un petit nouveau qui fait son apparition, ce sera dur pour lui.

Toulon : Après une mauvaise année, il a renforcé son kart de fort belle manière. Un outsider sérieux.

Racing : il progresse de saisons en saisons. L’année du titre ?

 

La course :

Comme chaque année, 14 karts seront au départ de cette édition 2011-2012. Si l’on retrouve sur la grille les habitués tels Ovalion qui court pour l’écurie toulousaine ou l’Indien pensionnaire de la côte basque, c’est également l’occasion de découvrir deux nouveaux : l’écurie de Lyon sera représentée par le Loup alors que les Bèglais alignent, comme à la belle époque, une Tortue.

Nous avons assisté à des départs super-rapides cette saison, mais de la part de karts que nous n’attendions pas forcément. En effet, l’Aigle était aux coudes à coudes avec des karts conduits par Ovalion et Racing au bout de quatre tours. Une belle performance en somme en usant de son intelligence pour faire dérailler le Loup et Zouzou grâce à des peaux de bananes. Ovalion, lui, c’est repris après une belle poussette de Pottoka, tout de suite punis par une carapace rouge venue de l’arrière. Une petite longueur devant ce beau trio se trouve Michelin qui s’est servi de sa puissance pour écarter Toulon et jouer avec l’inexpérience de la Tortue et du Loup. Il est solide leader. Un petit embouteillage se crée dans le peloton dans lequel ne figurent, à notre grande surprise, ni Bikounet, ni Geronimo. En effet, le premier, poussé par Racing et Zouzou n’a pas pu éviter la sortie de piste. Un début cauchemardesque pour le récent dauphin. En ce qui concerne le second, il a fait les frais du super départ de l’Aigle combiné à la carapace verte de Toulon et la poussette de Olympix.

Ensuite ? Et bien ensuite trois mini pelotons se sont formés à l’orée du 7ème tour. Tout d’abord, un gruppetto composé de six karts. Et dans ces six karts, encore des surprises. Effectivement, nous retrouvons toujours Bikounet, victime d’une carapace verte de la Tortue, qui ferme la marche en compagnie du Loup qui paye au prix fort son inexpérience en perdant de la vitesse dans les tournants. La Tortue et Zouzou font, sans surprises également parties de ce groupe, mais avec les deux représentants de la côte Basque. Pottoka, victime de problèmes techniques, et Geronimo, qui a percuté un faux-cadeau qui trainait là, sont à la traine par rapport à leur ambition de début de saison. Dans le peloton principal, l’Aigle tient toujours le rythme malgré le retour d’Olympix et fait face aux deux karts de la capitale, ainsi que ceux du bord de la Méditerranée. Devant, une échappée de trois karts commence à prendre le large. La lutte est acharnée et Ovalion a littéralement envoyer Michelin mordre la poussière d’une belle carapace rouge pour prendre le leadership suivis de près par Olympix, qui a utilisé son étoile à bon escient pour remonter sur le podium.

Puis, pas de grands changements à noter jusqu’à la fin du 9ème tour. Nous retrouvons le même trio de tête, mais dans un ordre différent. La bataille est farouche et Ovalion doit céder la première place après une peau de banane magnifiquement bien lancée de la part d’Olympix. La route est donc bien dégagée à l’avant pour Michelin. Un évènement majeur à noter, la chute de la Princesse, qui est tombée dans une mare après avoir été heurté par une carapace verte perdue, venue de l’arrière. La bonne surprise du début de course est toujours aux avants postes. L’Aigle résiste très bien à la meute lancée à ses trousses. Cependant, il a dû se résoudre à laisser filer Toulon, plus puissant et mieux équipé qui continue sa fantastique remontée en le laissant sur place avec une carapace rouge après avoir fait valdinguer Cap de Burro d’un tir précis à bout pourtant. Ce dernier ne s’en est d’ailleurs pas relevé et a entamé une descente aux enfers au même titre que la Princesse. La Tortue se défend de fort belle manière au milieu de la meute. Geronimo et Bikounet sont toujours en queue de peloton, et ferment la marche en jouant de malchance.

Enfin, les quatre derniers tours à boucler pour atteindre la moitié de cette course nous réservent une surprise de taille. En effet, Bikounet, qui avait beaucoup de mal à suivre la cadence en fin de peloton, a récupéré une carapace bleue et un éclair ! Et il ne s’est pas fait prier pour les utiliser. Une remontée fabuleuse qui le place en 8ème position, aux portes des places européennes. Michelin, lui, cède une nouvelle fois la première place à Ovalion suite à la carapace du montpelliérain et finit l’année en seconde position. Ovalion est donc champion d’Automne et sera dur à aller chercher pour le titre. Tout dépendra des joutes européennes (une histoire de doublé impossible tout ça). Toulon, profite lui de la mauvaise passe d’Olympix pour monter sur le podium. Le castrais a littéralement calé en cette fin d’année et a subit les carapaces perdues de la lutte acharnée qui sévit derrière lui. Il est tout de même 4ème.

Ensuite, les deux écuries parisiennes se retrouvent aux coudes à coudes après une belle remontée de la Princesse, grâce à une étoile glanée aux meilleurs des moments et qui se classe 5ème. Racing, lui, écarte l’Aigle en jouant à la poussette et le fait déraper pour le doubler et passer en 6ème position pour les fêtes. Malgré ce coup du sort, l’Aigle finit à une très impressionnante 7ème place et sera un candidat sérieux en fin d’année. Derrière lui, la meute est en chasse, avec à sa tête Bikounet. Il emmène dans son sillage Cap de Burro, qui refait enfin surface, Zouzou et Pottoka que l’ont avait un peu perdu de vue au milieu du peloton. Nous en terminons avec le trio de queue, où la Tortue et le Loup se battent bien pour survivre dans l’élite et décrochent même Geronimo, bon dernier qui devrait songer sérieusement à effectuer de grosse retouches sur son kart.

Voilà donc le bilan à mi-course, où Ovalion trône en tête devant Michelin et Toulon. L’Aigle est la bonne surprise de cette saison. A confirmer dans le sprint final. Les deux nouveaux se débrouillent bien malgré la pression. Les désillusions sont à mettre à l’actif de Cap de Burro et Pottoka, pour lesquels une nouvelle saison blanche se profile. Enfin, le drame Geronimo, outsider en début d’année avec un très beau kart se retrouve bon dernier, et pourrait quitter l’élite à la fin de la course.

MLF, 8 ans et demi, devant sa console généreusement apportée par le Père Noël