Le XV des moustachus
par Le Stagiaire

  • 20 octobre 2011
  • 3

Sauvez l’Equipe de France, portez la moustache…

 

La mode est à la moustache. Marc Lièvremont, à la suite d’un pari perdu, l’arbore fièrement depuis quelques semaines, comme Harinordoquy avait pu le faire en début de compétition. Et pour témoigner de leur soutien à l’Equipe de France, quelques supporters et journalistes se sont prêtés au jeu en se laissant eux aussi pousser cet attribut pileux trop souvent dénigré par la mode actuelle. Et pourtant de nobles stars l’ont portées et en ces temps particuliers, auraient donc pu être parmi les plus grands supporters de l’Equipe de France. Alors vous aussi, laissez vous pousser la moustache ou la « Poustache » comme dirait le philosophe Jean-Marie Bigard, et portez là avec fierté dimanche matin. (Le Stagiaire n’est pas encore assez vieux et viril pour porter la moustache, mais il tient tout de même à réaffirmer son soutien sans faille à l’Equipe de France de rugby…)

Piliers :

José Bové : Nourri avec une nourriture 100% naturelle, l’ami José ferait un bon pilier traditionnel comme on les aime. Et au moins avec lui, pas d’embrouilles à la sortie du Mac Do. Quoique…

 

Oliver Hardy : Fidèle coéquipier de Stan Laurel, il est l’image même du pilier : petit, enveloppé et avec un visage rigolo.

 

Talonneur :

Pierre Bellemare : Il est un peu gros et on ne savait pas où le mettre. Alors, on l’a mis là. Un peu comme Guirado quoi…

 

Deuxièmes lignes :

Borat : Il est grand et sera donc un super sauteur en touche. Enfin son maillot de bain manque quand même de prises pour les piliers qui le portent…

 

Magnum : Ancien soldat du Vietnam, la reconversion en deuxième ligne est une belle perspective d’évolution quand même.

 

Troisièmes lignes :

Raymond Domenech : Raymond était réputé pour être un joueur particulièrement agressif. Ses performances de sélectionneur ont confirmé par la suite qu’en fait, il s’était juste trompé de sport.

Georges Brassens : Gare au gorille !

Hulk Hogan : Avec un pseudo comme ça, ce catcheur/acteur annonçait la couleur. Et je parle pas de la couleur de sa moustache…

 

Demi de mêlée :

Gandhi : Les demis de mêlée doivent s’imposer comme des meneurs, c’est donc plutôt une bonne pioche non ? Bon par contre, pas sûr que son pack soit emballé par l’idée d’une grève de la faim…

 

Demi d’ouverture :

Albert Einstein : Je suis sûr qu’il pourra trouver des formules et combinaisons encore plus compliquée que celle de Lapinou. Et puis en conférences de presse, il pourra se la péter à sortir des citations qui font classe.

 

Centres :

Salvador Dali : Un premier centre très… créatif. C’est un adepte de la méthode paranoïacritique pour certaines de ses œuvres. Un joueur que Berbizier devrait apprécier donc. 

Brad Pitt : Il a lui aussi porté la moustache. Et puisqu’il nous fait physiquement penser à David Marty (dans la finesse de ses traits, mais juste de ses traits), on l’a mis au même poste.

 

Ailiers :

Clark Gable : Beau, classe, il est l’homme dont toutes les filles étaient folles (il a eu 5 femmes). Bref, Clark, c’est un peu le Vincent Clerc du 20ème siècle.

Will Smith : Oui oui, même lui a porté la moustache avec classe. Avec sa silhouette élancée et ses courbes d’athlètes de haut niveau, Will Smith sera un parfait ailier. Ne me regardez pas, ce que je dis est purement technique.

 

Arrière :

Freddy Mercury : L’arrière, c’est un poste dont il a l’habitude. Avec lui, we are the champions, c’est sûr.

 

Remplaçants :

Joseph Staline : Un joueur complètement marteau et qui fauche à tour de bras… Oui, facile celle là, c’est pour ça qu’il est que remplaçant…

Carlos Santana : Un mexicain qui fait du rugby c’est pas courant quand même. Les guitaristes seront « d’accords ».

Jean Ferrat : L’auteur du tube « La Montagne », numéro un en Auvergne depuis 1964, aurait fait un très bon troisième ligne. Ne nous demandez pas pourquoi par contre.

Edwy Plennel : Petit, nerveux, il en agace beaucoup et est capable de dire n’importe quoi pour convaincre les autres. Un demi de mêlée quoi.

Jean Claude Dus : Un centre qui trouve des ouvertures à peu près aussi facilement que Florian Fritz.

Charlie Chaplin : A peu près aussi adroit que Julien Malzieu, mais avec le physique d’Alexis Palisson. C’est vraiment pour faire le nombre hein…

Françis Cabrel : Arrière remplaçant, il sera en charge de veiller sur « la cabane au fond du jardin ».

 

Suspendu :

John Galliano : De toute manière, les maillots de rugby ne sont pas assez tendances pour lui. Dommage, un petit tour dans un regroupement lui aurait probablement remis les idées en place.