DNACG ton c… compte
par Ovale de Grace

  • 12 avril 2010
  • %

Plus que les blessures, les suspensions ou les pluies de criquets, plus que le clergé ne craint la vérole ou Rémi Martin les ruptures de stock d’eau oxygénée, les clubs sportifs redoutent l’arrivée saisonnière des ronds de cuir munis d’une calculette dans une main et d’un glas qu’ils aiment faire tintinabuler dans l’autre.

Car, du milieu à la fin du tableau, en fin de saison, viennent s’ajouter à la tension du déclassement sportif les dures lois de la comptabilité, qui peuvent d’un simple mouvement de pouce, réduire à néant l’effort régulier. Ainsi, souvent déjà lestés par des saisons difficiles, les clubs les plus fragiles doivent encore se farcir les notes de maths et le conseil de classe qui détermineront leur avenir. Un peu comme mettre un jockey de 120 kgs sur un percheron au Prix de l’Arc de Triomphe.

cache_2066633711

On vous montrera bien les bons élèves, bénis des Dieux du Stade, qui peuvent s’épanouir sur de belles pelouses et qui ont un Papa milliardaire. Ces élèves bien plus gratifiants pour le surveillant général que le polio, le poissard ou l’orphelin. Pour ces derniers s’applique la double peine et si une relégation s’ajoute à l’autre, ils peuvent reculer de deux cases en payant les 20 000.

Il est bien sûr évident qu’en déclassant un club, hors considération quant aux résultats, en dégoûtant les supporters, en faisant perdre de l’attrait aux « sympathisants » ainsi qu’aux sponsors, on crée une émulation propre à sortir la tête de l’eau et éponger le passif.

A la boucherie, on se sert du hachoir dans la mêlée, de la fourchette dans les rucks, mais on sait aussi affûter nos tranchoirs à idées:

On peut imaginer pour éviter les sanctions administratives, un top 4, où les clubs les plus prospères se disputeraient le bouclier tant convoité (ce qui, outre le fait qu’on ne récriminerait plus après le calendrier trop chargé, les doublons et les mobilisations d’internationaux, offrirait des chances mathématiques à l’ASM de finir par le gagner ce putain de bouclier). On peut imaginer aussi faire payer les officiels, vedettes et politiques, ou baisser drastiquement les masses salariales en appliquant quelques règles d’harmonisation qui ont fait les beaux jours du bienheureux peuple soviétique ou encore arriver à un rugby à 5?

Tyran_Ovale