Christophe Jouffret (Directeur Général des Dragons Catalans) passe sur le grill
par La Boucherie

  • 19 avril 2013
  • %

Par Pack De Quinze

Olivier Elima de retour à Perpignan
Olivier Elima de retour à Perpignan

Vous ne connaissez certainement pas Christophe Jouffret si vous n’êtes pas un aficionado du rugby à XIII, et comme vous n’y entendez rien (pas plus qu’au XV d’ailleurs) je peux affirmer d’emblée que vous ne connaissez pas ce monsieur. Ou plutôt Monsieur devrais-je dire, parce qu’il s’agit d’un des hommes forts de la discipline en Europe et même au monde. Vous, bande d’ignorants qui me direz que de toutes façon le XIII compte 30 adhérents et qu’il est du coup super facile de briller, détrompez- vous ! Et je vous conseille d’être bien polis avec le Directeur Général des Dragons Catalans qui nous a fait l’honneur de répondre à des questions encore plus débiles que d’habitude (merci aux Bouchers contributeurs), et de l’accueillir comme il se doit. Il ne nous connait pas, c’est pas le moment de se faire mal voir… à nouveau, je veux dire.

Ce natif d’Avignon n’a pas embrassé de carrière dans les ordres avec l’espoir de devenir Jean-Paul ou François, il n’a pas non plus choisi les rangs du 1er régiment d’artillerie pontonniers anciennement basé dans le charmant chef-lieu du Vaucluse en tombant pour la France. Rebelle force de la nature, ce fils de grand supporter du Sporting Olympique Avignon XIII aura choisi le rugby comme ligne de vie, optant pour le stade plutôt que le camp d’entraînement à la caserne les mercredis, et les tribunes de St Ruf plutôt que les bancs de l’église du même nom les dimanches. Et on l’en remercie car après avoir achevé son parcours de sportif avec le maillot blanc et bleu du SOA (avec une infidélité de 2 ans à peine à Cavaillon, non pas à pousser des cucurbitacées dans des cages de foot mais bien au SU Cavaillon XIII), il raccrochera les crampons vers 35 ans pour sauver du naufrage son équipe de cœur en devenant dirigeant du « club papal ». Puis on le retrouvera à la Fédé, Trésorier puis Secrétaire Général puis enfin Directeur de l’Équipe de France XIII. Un passage par la Fédération Européenne, un autre par la Fédération Internationale et aujourd’hui, il est Directeur Général de la seule franchise non-anglaise de la Super League, les Dragons Catalans. Vous frimez moins là ? 

Christophe et Jean-François Jouffret
Christophe et Jean-François Jouffret
  • La première fois dans votre télé ?

Très jeune, vers 4 ans et le matraquage médiatique du Tournoi des V Nations qui était le rendez-vous incontournable du samedi après-midi. Mais je retiens surtout les matchs de XIII diffusés à la télévision française, comme les rencontres internationales ou les finales de coupe et de championnat de France.

  • Dans les tribunes ?

Vers 5 ou 6 ans en suivant mon père qui était grand supporter du Sporting Olympique Avignon XIII, et puis mes frères et moi avons très tôt intégré l’école de rugby du SOAvignon. Je dirais vers 5 ans pour ma première fois dans les tribunes de Saint Ruf.

  • Sur le terrain ?

J’ai commencé à 6 ans et puis je n’ai plus quitté le rugby du mercredi après-midi jusqu’à jouer en sénior au SOAvignon.

  • Un club ?

Naturellement deux, les Dragons Catalans et le SOAvignon.

  • Un technicien ?

Wayne Bennett

Les Kiwis de 2008.

  • Un match ?

La victoire en finale de Coupe de France en 1989. Avec le SOA on affrontait Le Pontet, un club dominant du XIII à l’époque et qui est passé à XV la saison suivante.

(NdPack : très humblement, Christophe a omis de préciser qu’il avait marqué l’essai de la gagne pour Avignon)

  • Une action ?

Le banana-kick ! J’ironise, ce n’est pas la plus belle action à XIII.

  • Tout le monde s’en fout un peu du XIII, vous n’avez pas l’impression d’être traités comme les féminines ?

Pour commencer c’est plutôt un compliment et aucun rugbyman n’est insensible au charme féminin… Je dirais que, comme pour le rugby féminin, il faut connaître le XIII pour en parler.

  • Il se dit qu’au rugby à XIII il y a de vrais athlètes et qu’il est hors de question de se mettre de grosses cuites le week-end après les matchs. Ne pensez-vous pas que c’est pour ça que personne n’a envie d’y jouer ?

Peut-être… C’est un sport très exigeant mais comme tous les sports de haut niveau, cousins du XIII ou non, il ne permet aucun travers. Mais quand on est dedans, même les champions olympiques, même les champions de sports collectifs vous diront qu’ils s’octroient aussi des moments de détente. C’est bien là aussi une des essences du sport que d’entretenir la convivialité et de ménager le repos du guerrier.

  • Quand vous voyez une mêlée refaite dix fois de suite, puis les sondes spatiales de Christopher Tolofua sur chaque lancer en touche, vous vous dites pas que votre sport il est quand même pas très rigolo comparé au XV ?

Oui mais je ne le subis pas trop, je zappe vite sur BeIN Sport pour regarder un match de NRL.

  • Quel joueur de XV ferait un bon treiziste ?

Beaucoup, surtout dans les trois-quarts. Je suis sûr que la horde de fidjiens évoluant sur cette ligne en Top 14 pourrait, grâce à ses qualités physiques, apporter beaucoup de spectacle et pour peu que ces joueurs assimilent l’importance à XIII de la conservation du ballon. Chez les Français aussi certains pourraient briller, à condition toujours qu’ils entrent dans cet autre état d’esprit du jeu.

  • Quel joueur de XIII ferait un bon quinziste ?

(Hésite… longtemps) Ça me paraît plus difficile, notamment pour les avants. Puis pour les trois-quarts c’est surtout dommage de laisser perdre certaines qualités nécessaires au XIII, et certainement ennuyeux pour un joueur d’avoir si peu de ballons.

  • Charge à l’épaule ou cad’deb ?

Moi j’aime bien les cadrages débordements qui évitent la charge à l’épaule.

  • Avec qui pour une troisième mi-temps ?

Leon Pryce. 

Christophe et Leon, copains comme cochons
Christophe et Leon, copains comme cochons
  • Avec qui pour ouvrir un bar à hôtesses à la Junquera ?

Ça c’est difficile… Joker.

  • Pendant très longtemps il y a eu une grosse rivalité entre St Estève et le XIII Catalan. Aujourd’hui où en sommes-nous ? Des bandes rivales au sein des Catalans se mettent-elles sur la gueule aux entraînements ?

Oui, bien sûr. Ça arrive tous les mercredis en fait et c’est bien pour cela qu’on a étoffé le staff médical. On a même pris un grand fabricant de pansements comme sponsor.

  • Vous jouez dans la Super League avec 13 équipes anglaises et vous vous faites arbitrer par des Anglais. Quelle différence avec un week-end à la Fistinière ?

Nous on en redemande, c’est que quelque part ça doit nous plaire. Je ne suis pas allé à la Fistinière, peut-être qu’en essayant…

  • Après avoir acheté les droits du XIII sur BeIN Sport, les Qataris vont-ils racheter les Dragons Catalans ? Si oui, est-ce qu’ils vont recruter Dan Carter ?

Première chose, les Dragons Catalans ne sont pas à vendre. Président et actionnaires tiennent à leurs parts, il s’agit pour eux d’un investissement de raison mais aussi et surtout de passion ce qui rendrait les choses douloureuses. Par contre, ils verraient d’un bon œil l’arrivée de nouveaux investisseurs, notre capital est toujours ouvert à des partenaires extérieurs tant que le contrôle du club reste en mains treizistes. Il y a beaucoup d’autres joueurs qu’on achèterait avec l’argent des Qataris avant de penser à Dan Carter, et puis on se sert des erreurs des autres…

  • Imaginez que votre sport devienne populaire. La coupe du monde est achetée par TF1 et c’est Christian Jeanpierre qui remplace Rodolphe Pires pour commenter les matchs. Finalement, l’anonymat c’est mieux non ?

Non, l’anonymat n’est pas mieux mais le treiziste est pugnace, il sait d’où il vient et avec qui il vient. On ferait une grande manifestation sur les Champs-Élysées ou devant la porte de TF1 pour porter Rodolphe au micro bleu-blanc-rouge.

  • Si un jour vous êtes champion, est-ce que le Président Bernard Guasch se rasera la moustache ?

Se la raser peut-être pas, il se la teindra en sang et or.

  • À âge égal, croyez-vous que Vincent Moscato aurait pu mettre une tôle à Sonny Bill lors d’un match de boxe ?

Il a les bras trop courts.

  • SBW était bon à XV mais c’est un sport de tarlouzes. Chez vous, il gaze ?

Pour le moment, il paye de son passage à XV… même si son passage à XV l’a bien payé. Il tarde à revenir au niveau qu’il avait avant de quitter le XIII, mais on ne peut nier l’impact médiatique des allées-venues d’un tel joueur sur notre discipline. Son retour est surtout une bonne nouvelle pour la visibilité.

  • C'est pas trop dur de s'intégrer en Catalogne avec un nom français ?

Je me suis rendu compte au fil du temps que j’étais venu dans une région bien à part, mais ça a son charme tout ce caractère. On

n’obtient pas le passeport catalan aussi facilement, il faut savoir comprendre les gens d’ici et on peut naviguer.

  • Soyons honnêtes, en dehors des amateurs de XIII, personne ne sait qui vous êtes. Aidez-nous à faire le buzz sur notre site en balançant une grosse saloperie sur l’Usap qu’on pourra mettre en Une.

Oui bien sûr ! Je dirais que je les admire d’arriver à maintenir le cap dans une configuration locale unique en France où ils doivent faire face à ce qui pourrait être le cancer de leur discipline, un club de XIII professionnel. Ils ont la chance d’avoir ce public qui les suit parfois malgré l’ennui, des partenaires fidèles qui les soutiennent mais surtout le support sans faille des politiques et des médias. J’ai un peu de mal à casser, j’espère que ces querelles de voisinage cesseront et puis je ne veux manquer de respect à personne. Quel que soit le sport nous sommes tous passionnés, tous persuadés d’être lésés et la situation n’est facile pour personne. C’est peut-être l’esprit de l’ensemble du sport français qui devrait être repensé.

  • Pourquoi avoir perdu du temps pour répondre à ces conneries de gros cons de quinzistes ?

D’abord pour notre dynamique d’ouverture, les treizistes ont besoin d’un peu plus de suivi des médias. Et puis aussi pour le charme de celle qui est venue me poser les questions.

  • Une personne que vous aimeriez voir passer à son tour sur le grill des Bouchers ?

J’aimerais bien que mon Président ou mon homologue usapiste répondent à ces questions. Le président de la FFR XIII éventuellement, Carlos Zalduendo. 

Christophe Jouffret et le Président Bernard Guasch
Christophe Jouffret et le Président Bernard Guasch

Vous deviez vous douter que j’allais en remettre une couche et je ne vais pas me gêner.
Chez les Jouffret, on pourrait facilement penser que le rugby à XIII est une particularité génétique et je m’en explique. Dans la famille « Au Ras du Tenu » je demande Louis : petit-fils, fils, neveu, j’en passe… de treizistes et accessoirement brillant demi de mêlée au SOAvignon et International pour le XIII de France des moins de 18 ans.

Voilà, vous pouvez retourner à votre Midol maintenant.

Téhora Dupack pour Boucherie Ovalie,

Envoyée spéciale en Treizie 

zp8497586rq