Mourad Boudjellal passe sur le grill
par Le Stagiaire

  • 17 juillet 2012
  • 38

 

Par le Stagiaire,

 

Après une première série de questionnaires à des journalistes, des blogueurs, des écrivains, des joueurs, des présidents (en fait à peu près n’importe quelle personne qui voulait y répondre), la Boucherie revient avec la saison 2 de son interview décalée. Rassurez-vous, on ne vous demande pas de réfléchir, le principe reste le même, seules les questions changent (un peu) avec notamment des versions plus personnalisées.

Et le premier à passer sur le grill n’est autre que Mourad Boudjellal, le président du RC Toulon. Cet homme qui ne laisse personne indifférent, aurait pu être chroniqueur à la Boucherie sans aucune difficulté, comme le prouvent ses 112 nominations aux derniers Hachoirs d’Or. Avec son humour, son franc-parler et son sens de la provoc’ légendaires, il a gentiment accepté de répondre à nos questions (toujours aussi débiles bien sûr). C’est Le Stagiaire qui s’y est collé au téléphone, Ovale Masqué étant de toute manière trop pauvre pour avoir du crédit sur son portable (en plus il le dépense presque exclusivement en téléphone rose). On remercie tout de même notre héros masqué ainsi que Too Long Niaise du Rade’Labo, qui ont pris part à cette grande aventure au péril de leurs vies.

Encore merci à Mourad Boudjellal pour sa disponibilité et sa coopération (et sa patience malgré les incessantes coupures téléphoniques). En cadeau, on lui offre ce très beau t-shirt que nous avons créé pour le Rugbynistère. En espérant peut-être le voir au bord des pelouses du Top 14 (ou dans les tribunes selon les périodes de suspension) dans les mois à venir !

PS : Précisons qu’il s’agit bien d’une vraie interview du vrai Mourad Boudjellal. De toute façon, il est inimitable.

Toujours aimable et disponible, Mourad accepte de poser en photo avec un fan. 

 

Un technicien avec qui vous auriez aimé travailler ?

Jacques Fouroux. Tout le monde m’en parle en me disant à quel point il était sympathique.

 

Un match ?

Comme tout le monde, au niveau du jeu, je dirais France-Nouvelle Zélande en 1999.

 

Un geste ?

La passe au pied. C’est quelque chose qu’on ne voyait pas trop avant mais que je trouve très beau.

 

Un poste auquel vous auriez aimé jouer ?

10, car c’est celui qu’on voit le plus.

 

[pullquote]Un poste auquel vous auriez aimé jouer ?

10, car c’est celui qu’on voit le plus.[/pullquote]

Une victoire ?

Celle qu’on a pas eue le 9 juin dernier.

 

Une défaite ?

Bizarrement, je dirais il y a quatre ou cinq ans à Béziers. On perd dans les dernières secondes après une pénalité après la sirène. Dans ma tête c’était déjà gagné…

 

Le joueur que vous auriez aimé recruter ?

Sébastien Chabal, quand il jouait encore en Angleterre. Il aurait bien correspondu au caractère de Toulon.

 

Le joueur avec qui vous pourriez tout plaquer pour aller vivre au milieu des Lolos noirs ?

Bakkies Botha, pour le côté sécuritaire.

 

Si vous pouviez demander à Julien Caminati d’insulter quelqu’un pour vous au téléphone, vous lui donneriez quel nom ?

Je n’insulte jamais personne. Après si Julien Caminati veut vraiment insulter quelqu’un, j’ai bien des noms qui me viennent. Mais je vais éviter de les dire, leurs avocats en seraient trop contents.

 

Un combat de boxe entre Rémy Martin et Sonny Bill Williams, qui est-ce qui gagne ?

Je dirai Sonny Bill, il est déjà boxeur et j’ai vu des vidéos, il a l’air plutôt bon.

 

Le Fils à Jo ou Invictus ?

C’est difficile à dire. Un film de Clint Eastwood, on en attend beaucoup. Donc j’ai forcément été déçu. Au contraire, en entrant dans la salle, je n’attendais pas grand-chose du Fils à Jo. C’était au final plutôt une bonne surprise. Après, d’un point de vue cinématographique, c’est quand même pas le niveau…

 

Si vous deviez être un personnage de BD ?

Je ne sais pas… Le Marsupilami parce qu’il a une grande queue ?

 

 Dans cette version, le Marsupilami finit par être capturé. 

 

Si vous deviez échanger votre place avec quelqu’un, vous préféreriez que ce soit avec un membre de la fédé ou un arbitre du Top 14 ?

Un membre de la fédé. Je suis un épicurien avant tout. Et puis je n’ai pas envie de me faire insulter par des présidents de club tous les week-ends.

order generic viagra online

ll; »> 

La présidence de la FFR justement, cap ou pas cap ?

C’est dur à dire, il faudrait que je m’entraîne beaucoup. C’est un rythme de vie difficile. Boire le matin, le midi, le soir… Il faut tenir. Et puis il faut faire beaucoup de sport pour éliminer les buffets. J’en fais pas mal mais je suis pas sûr que ça suffise…

 

Quel joueur du RCT serait le plus à même de battre Pierre Camou à un jeu d’alcool ?

Honnêtement personne n’est à son niveau. Nous, on est des amateurs…

 

[pullquote]Quel joueur du RCT serait le plus à même de battre Pierre Camou à un jeu d’alcool ?

Honnêtement personne n’est à son niveau. Nous, on est des amateurs…[/pullquote]

 

Vous envisagez de recruter un coiffeur au RCT ?

Le problème, c’est que notre coiffeur c’est Matt Giteau. Et il nous a dit « Celui qui coiffe, il joue aussi à ma place», alors on est un peu embêtés…

 

Le choix sportif que vous regrettez le plus à Toulon ?

Il y en a beaucoup… mais je dirais Willie Mason.

 

Un spécimen de Willie Mason, pris dans son élément naturel. 

 

Avez-vous des nouvelles de Ramiro Pez ?

Aucune… La dernière fois que je l’ai vu, il partait de Toulon avec sa petite fille. Mais c’est amusant, son nom ne fait pas rugbyman. Ramiro Pez. Ça faisait même bizarre quand le speaker l’annonçait au micro.

 

Pouvez-vous nous expliquer comment Matt Henjak a pu perdurer aussi longtemps au sein de l’effectif du club ?

C’est vrai qu’il a connu presque tous les entraîneurs. Mais Matt Henjak était un vrai leader, très important dans le vestiaire.

 

Si ça n’avait pas été le rugby, ça aurait été quoi ?

Le beach volley féminin. C’est le seul sport qu’on peut regarder tout en se foutant du score. Et on connait très vite les combinaisons que font les joueuses dans leur dos.

 

« Si on avait gagné, j’aurais sans doute arrêté ». Vous le pensiez vraiment ?

Arrêté d’être président oui, pas propriétaire. De toute manière si je veux m’en aller, je dois vendre. En attendant, j’ai tous les pouvoirs. Je suis un un peu un dictateur.

[pullquote]Je suis un un peu un dictateur.[/pullquote]

 

Et vous aimez ça ?

J’adore. D’ailleurs j’ai instauré une règle à laquelle je tiens : quand je rentre dans une pièce, les autres doivent se lever. C’est normal après tout, c’est le respect de la hiérarchie.

 

Lorsque vous envisagiez une victoire du RCT en Top 14 avant la finale, vous disiez : « Si on l’emporte, je serai obligé de faire comme Mick Jagger ou Elton John, je prendrai les mêmes trucs. Ca me grattera les narines mais je m’y sacrifierai pendant une semaine ». Du coup, vous faîtes quoi si vous gagnez la H-Cup la saison prochaine ?

La même chose. Pour tenir une semaine comme les rock stars, je ne vois pas d’autre solution. Mais bien sûr c’est une métaphore, je dis ça pour plaisanter, je n’ai pas l’intention de prendre de la coke.

 

Et du coup, vous préférez gagner la H-Cup ou le Top 14 ?

Le Top 14. C’est un peu comme la pétanque. Quand vous êtes champion de France, vous avez l’impression d’être champion du Monde. La H-Cup est culturellement moins implantée en France. Alors que le championnat c’est plus de 100 ans d’histoire. Enfin, s’il y a une compétition que je regrette de ne pas avoir gagnée, c’est le Challenge Yves du Manoir… Ça restera mon grand regret…

 

[pullquote]Normalement, la commission juge des actes sur le terrain, des mauvais gestes. Moi j’ai eu le droit à une commission de discipline morale. Lorsque ce genre de choses existe, vous savez dans quel système on se trouve…[/pullquote]

 

La déclaration qui vous a valu votre suspension, si c’était à refaire, vous la referiez ? En ne répondant que par oui ou par non.

C’est impossible de répondre par oui ou par non. J’ai simplement attaqué le système avec une métaphore qui n’était pas vulgaire à mon goût. C’est mon côté underground, cette culture Hara Kiri qui m’a bercée. Normalement, la commission juge des actes sur le terrain, des mauvais gestes. Moi j’ai eu le droit à une commission de discipline morale. Lorsque ce genre de choses existe, vous savez dans quel système on se trouve…

 Pourtant, Pierre Camou a déjà fait la couv’ d’Hara Kiri il y a quelques années. 

 

Dernière question : Vous y croyez aux valeurs du rugby ?

Ça dépend lesquelles… Le rugby est un sport technique mais aussi familial. Quand on a le ballon, c’est pas juste toi mais tout un groupe. Il y a aussi un respect entre les différentes ethnies, origines. Jamais on entendrait des cris de singes au bord du terrain par exemple. C’est pas le cas partout, suivez mon regard. (Note Du Stagiaire : J’avoue que par téléphone j’ai galéré…). Après il y en a d’autres, c’est des conneries. L’histoire de la formation, des joueurs locaux par exemple. En réalité c’est juste une excuse pour sous payer les joueurs « issus du cru ». Il y a aussi les fameuses valeurs de la troisième mi-temps. La convivialité… Sauf que c’est bien souvent dans la beuverie. Je me demande quand même s’il est bien nécessaire d’être saoul pour que ce soit convivial…

zp8497586rq