Série (rouge et) noire
par Marcel Caumixe

  • 08 juin 2012
  • 38

Par Marcel Caumixe

Minuit du soir, une aire d’autoroute déserte non loin de Montpellier. C’est le terrain neutre choisi par deux éternels rivaux pour une entrevue entre vieilles connaissances, loin du bruit et de la fureur du monde, à la veille d’un affrontement sans merci. Sur le parking désert, sous un lampadaire bourdonnant, Bernie-le-Dingue sort de la Maserati prêtée par son Parrain et se dirige vers Guy-le-Gitan, adossé à son break Peugeot.

– Comme on se retrouve, Le Gitan…

– Quatorze ans que j’attends ça…

– De re-perdre contre moi ? C’est trop d’honneur !

– Tiens, on m’en a raconté une bonne. C’est Bernie et Guy qui font une course. Guy est en tête au départ. Qui gagne ?

– Tu vas me le dire…

– C’est Guy. Parce que le doubler est impossible.

Bernie ôte ses lunettes et les essuie au revers de sa veste.

– On dirait pas comme ça, mais t’es un marrant, toi. Un putain de boute en train. Ca doit déconner sévère dans les repas du dimanche à la Casa Novès. Et c’est en nous pliant de rire que tu comptes nous battre samedi ? Tu vas donc mettre Beauxis en 10 et Matanavou à l’arrière ?

– Non, c’est en vous pliant devant. Ca fait une semaine que je nourris Maestri au yaourt pour qu’il ait envie de bouffer Botha. Comme ça il pourra apprendre à ton patron qu’il vaut mieux faire vivre les petits producteurs locaux que d’importer du transgénique.

– En parlant de transgénique, comment il va ton Botha à toi ? Il a pas encore fait fermer la CPAM de Midi Pyrénées? C’était quoi ta tactique ? Dézinguer tous les talonneurs du marché pour égaliser les niveaux en prévision de la retraite à Servat ? Parce que vu comment ton jeune lance en touche, là, il va falloir étendre le génocide à la Fédérale 2. Ah mais je suis con, c’est là que t’as été choper l’autre Géorgien. Y’a pas à dire, t’es une vraie pointure, t’as vraiment un temps d’avance sur tout le monde…

– Comme tu es moqueur… Remarque ça fait de moi un Guy moqué. On peut pas dire que ça t’ait porté bonheur la dernière fois.

– Un peu de respect je te prie. Huit ans à la tête du XV de France, moi. Puceau international !

« C’est à moi que tu parles ? »

 

-Oh tu sais, perdre une coupe du monde, c’est à la portée du premier moustachu venu. Et même ça, il a failli le rater, l’autre andouille. Ca t’aurait fait mal, hein, que ton incapable de successeur se taille avec le titre que t’auras jamais ? D’ailleurs, ça m’étonnerait pas qu’un jour on retrouve des photos de Joubert arborant un t-shirt du camping de la Dune du Pilat.

– C’est pas Maciello non plus… En parlant de ça, il a bien reçu ses boites de confit, Monsieur Poite ? Il était content ?

Guy se met à frotter son pouce contre son index.

– Tu vois ça ? C’est le plus petit violon du monde. Il joue pour les persécutés dans votre genre, à toi et ton parrain.

– Ah ouais ? Eh bien il joue un peu Tzigane ton violon, le Gitan. Disons que quand je vois Don Buscatelli et Don Revolli cul et chemise diner comme les 5 familles sous le haut patronnage de Don Guazzini, je me fais du souci pour l’équité sportive.
– Tu débines Don Guazzini, toi ? Lui qui t’a appris le métier ? Qui a fait de toi l’homme que tu es ?
– Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit. Et puis il est rangé des voitures maintenant. Il coule sa retraite paisible entre religion et mécénat. N’empêche, c’était le dernier grand du Milieu. Il a passé sa carrière avec des contrats sur sa gueule à se faire tirer dessus et maintenant tout le monde le pleure. C’est quand même lui qui a appris aux bouseux comment qu’il marchait, le tracteur.
– Oui, enfin ça ne l’a pas empêché de se faire pousser vers la sortie suite à une levée de fonds hasardeuse. Pourtant on m’avait parlé en bien du sens des affaires des Aveyronnais… Il faut croire que tu es allé à Toulon pour quelques cours de rattrapage en la matière…
– Monsieur a décidé d’être agréable je vois… Tu devrais plutôt me remercier d’avoir pris ton ex-futur beau fils sous mon aile. Il était certes plus bien frais quand je l’ai récupéré, mais entre Bayonne et Paris j’ai quand même bien fini de lui faire un bain de pieds au ciment !
– Tu es vraiment un frère…
– Tu sais pas à quel point. D’ailleurs je vais dire à tout le monde à quel point tu es le meilleur entraîneur, et Toulouse a le plus de chances. Et sinon, tu comptes nous faire ton couplet « On est des buses, Toulon est favori, tout-ça-tout-ça » cette année ?
– Pourquoi, tu comptes te coucher au deuxième round et tu as peur que je fasse baisser la côte ?
– Non mais disons que ça nous fait bien marrer tous tes petits problèmes de riche, au club. On se dit que finalement, on devrait être content de pas bosser dans le plus grand club du monde, que finalement, c’est beaucoup de soucis tout ça, être champions, avoir des grands joueurs. Non vraiment, ça nous fait beaucoup de peine. C’est pas une vie pour un homme de ton âge…
– Et toi, c’est une vie pour un ex-ministre de se retrouver à la dernière page de l’album Panini taille réelle qu’assemble patiemment ton patron ? Parce que l’entraîneur, c’est pas celui qui figure au début, hein ? Et puis il a un goût pour le vintage, il prend que des joueurs de plus de 30 ans, ou avec des coiffures des années 80.
– Michalak a encore 29 ans…
– … Et les genoux plus poreux que Garbajosa.
– C’est surtout ça qui t’emmerde, que je récupère ton golden boy…
– Tu sais, moi les Golden Boys, j’ai qu’à me baisser pour en ramasser. Le centre de formation en est plein. Je les use jusqu’à ce qu’ils me coutent trop cher en infiltrations puis je les refile à un collectionneur de Panini comme ton patron. Au passage, il a Bastareaud en double. Ah non, merde, c’est Armitage.

La parenthèse touche à sa fin, les deux hommes le savent. Demain les choses sérieuses commencent. Retournant à sa voiture, Bernie-le-dingue lance :

– Méfie-toi des Panini, Guy. Ils pourraient te faire faire le doublé : perdre le championnat et la H-Cup.
– Mais je n’en doute pas Bernie. Toulon est une grande équipe, difficile à jouer, avec de grand joueurs, un grand entraîneur. On les respecte beaucoup car ce sont eux les favoris.

best place to buy steroids online

Les deux véhicules démarrent et partent en direction opposée, laissant le parking à son abandon.

zp8497586rq