Edition du 17/09/2009
par La Boucherie

  • 18 septembre 2009
  • 5

 

 

cache_2018814411

Santé – La grippe H1N1, danger sous-estimé ?

Pour ouvrir ce journal, revenons sur un sujet peu médiatisé par les temps qui courent, la grippe H1N1. A défaut d’être médecin, je suis assez bien placé pour en parler, car comme vous l’avez certainement appris cet été certains de mes joueurs l’ont contractée il y a quelques semaines à la suite d’une tournée en Argentine. Par un miracle que je ne m’explique pas, tous ont  heureusement survécu. Pourtant, j’entends encore Maxime Médard me raconter comment il a été cloué au lit, 2 jours durant. Et lors d’une crise de toux particulièrement violente, il a même cru apercevoir un long tunnel lumineux. En fait, ce n’était qu’un des projecteurs d’Henri Wallon, mais il est quand même revenu de loin. Quelques jours après le premier décès d’un patient n’étant pas atteint par aucune autre forme de maladie – contredisant les scientifiques les plus optimistes qui pensaient qu’il s’agissait là d’une simple grippe – il y a de quoi être inquiet.

Eviterons-nous une épidémie mondiale d’une ampleur telle qu’elle décimerait les trois tiers de la population mondiale ? On peut redouter que non, mais se dire qu’au moins, une telle catastrophe devrait, par la force des choses, alléger le calendrier international du rugby.

Sports – Rugby : Le Top 14 continue

Rugby justement, avec l’interminable marathon du Top 14 qui continue ce week end. L’affiche principale du week end, opposera Toulon à mon équipe, le Stade Toulousain, dans l’enceinte du Stade Vélodrome. Une affiche pour les commentateurs de Canal + peut être, mais dans les faits, comment le Stade Toulousain, déjà vaincu au Vélodrome par une équipe toulonnaise en pleine crise d’identité l’année dernière, peut espérer faire un résultat contre la formidable armada Rouge et Noire qu’est devenue cette équipe sous la poigne de Philippe Saint André ? Avec les blessures de Médard, Poitrenaud, Kelleher, Skrela ou encore Maestri, et la perspective de la H-Cup, je devrais être obligé d’aligner une équipe mixte avec de nombreux espoirs. Non je déconne, je suis Guy Novès, je ne fais jamais les espoirs. Par contre, je ferais jouer Manu Ahoteiloa et Bertus Swanpoel et croyez moi, c’est encore pire.  Le bonus défensif sera clairement notre objectif, mais devant l’inefficacité chronique de notre attaque, il faudra prier pour que les avants toulonnais, grisés par leur domination sans partage, fassent preuve d’un certain manque de discipline nous permettant de rester au contact au score. Il faudra également prier pour que nos demis schyzophrènes,  Jean Baptiste Elissalde et Fréderic Michalak, soient dans un bon jour pour les tirs aux buts. Autant vous dire que ce n’est pas gagné. Mon pronostique: Toulon 64 – Stade Toulousain 3. (drop de Patricio Albacete)

Tri Nations : Les Pumas arrivent

Nous avons également appris il y a quelques jours que l’Argentine intégrerait le Tri Nations en 2012. Une formidable nouvelle et une reconnaissance méritée pour le rugby argentin, mais malheureusement, du point de vue français, une véritable catastrophe pour nos clubs. Les argentins sont en effet invités à rejoindre le Super 14 pour pouvoir participer à la compétition dans des conditions optimales.

La question qu’on peut se poser c’est, qui ferons nous jouer pendant les doublons du Tournoi des 6 Nations si nous n’avons plus les argentins ? Des espoirs français ? Soyons sérieux une minute. Et personnellement, je n’ose imaginer le visage du Stade Toulousain sans Pato Albacete. Homme fort du pack, stabilisateur de la mêlée, sauteur en touche remarquable et machine à gratter les ballons, son départ représenterait un véritable drame personnel pour moi, d’autant plus qu’il s’aditionnerait à celui de Fabien Pelous. C’est bien simple, sans lui pour assurer la bonne santé de notre conquête, je serai obligé de faire une demande à l’IRB pour que le Stade Toulousain se retire du Top 14 et participe au championnat de France de Rugby à 7, bien que je ne sois pas certain que Vincent Clerc et Cedric Heymans courent encore assez vite pour pratiquer cette discipline. Quand à Vernet Basualdo, son départ signifierait tout simplement la fin des soirées pizza au Stade Toulousain, ce qui nuirait énormément à la bonne ambiance au sein du groupe…


Football – Le retour de la Ligue des Champions

Mais mettons tout chauvinisme de coté, le principal évènement sportif de la semaine est bien le retour de la Ligue des Champions. Malheureusement, une fois de plus, cette  compétition risque d’uniquement servir à mesurer le gouffre séparant les clubs français du reste du monde. Bordeaux, étrillé par Chelsea en ouverture de la compétition l’année dernière, a fait ce qu’il a pu pour conserver son amour propre face à Juventus de Turin mardi. Mission réussie, mais que peuvent-ils espérer de plus maintenant ? L’Olympique de Marseille lui, a été battu à domicile par une équipe vieillissante, anihilant tout espoir de qualification. Quant à Lyon, ils s’en sortiront comme à leur habitude, pour mieux être ridiculisés en quart de finale.

Météo

Cette semaine, temps atroce sur toute la France. De violents orages toucheront tout l’hexagone, et ce sont même des risques de Tsunami qui sont annoncés sur toute la cote Atlantique, risquant d’emporter dans les eaux les deux fiertés du Pays Basque, Bixente Lizarazu et le Biarritz Olympique. Pour le BO, je déconne bien sur. L’est n’est pas en reste puisque de Strasbourg à Nice, de forts risques de secousses sismiques sont annoncées. On ne peut y voir que l’influence du réchauffement climatique. Mais n’oublions pas que la Ligue Nationale de Rugby est également responsable de cette catastrophe écologique. C’est bien simple, multiplication des matchs = plus de déplacements, déplacements réalisés à l’aide de cars particulièrement polluants. Mr les têtes pensantes de la Ligue, j’espère pour vous que nos fils dans les écoles de rugby – qui seront tous défigurés et qui porteront  des tentacules à la place des mains, faisant de tous les rugbymens de France des émules de Brian Liebenberg – ne vous en voudrons pas trop.

C’était Guy Novès pour le Journal des mauvaises nouvelles. Cette première édition est dédiée à toute la rédaction, touchée par une vague de suicide.
Bonsoir, et n’oubliez pas: vivez heureux en attendant la mort.