Le journal intime du responsable chasubles : épisode 2
par l'Affreux Gnafron

  • 11 October 2019
  • %

 
Par l’Affreux Gnafron
 
Découvrez ici l’épisode 1 si vous ne l’avez pas déjà lu. Ou relisez-le, il est toujours aussi bien. Ou alors ne le lisez pas, vous faites bien ce que vous voulez.
 

Episode 2 : Il était où le gentil ti Yôkai ?

 
Quelque part en Bigorre, un cavalier déboule au galop dans la cour soigneusement entretenue d’une bigourdane typique. Il tient à la main un rouleau scellé dont on devine qu’il contient un message de la plus cruciale importance. Les traits tirés, son cheval exténué, la poussière qui les enveloppe, tout laisse à penser que l’attelage a parcouru bien des lieues et affronté bien des dangers pour se trouver enfin ici.
‘Monseigneur, une missive pour vous !’
‘Ah merde, ce n’est pas mon colis Amazon..’
‘Euh, non, ça vient d’Extrême-Orient. Une jonque l’a amenée jusqu’à Vladivostok d’où j’en ai pris possession. A brides abattues, nous avons traversé la Mandchourie, les steppes mongoles, les plaines d’Asie Centrale, tout cet Orient compliqué avant de prendre un BlaBlaCar Oulianovsk-le Plessis Robinson (sacré coup de bol au passage que le conducteur accepta les chevaux). On a terminé la route en prenant par
-Allez, arrête ton char Michel Strogoff et file moi le paquet !
-Voilà, une petite signature et il est à vous. Je vous laisse, je dois rapporter l’accusé de réception pour la jonque du 24 Octobre à 14h34. Enfin, si elle n’est pas annulée par un typhon.. Allez, hue !’
Et le cavalier repartit comme il était venu, dans un tourbillon purpurin de cette latérite désormais commune des contrées du Sud-Ouest de la France, réchauffement climatique oblige.