Atelierdécoupe-620x260

Bertrand Guiry (USAP) passe sur le grill
par La Boucherie

  • 21 janvier 2014
  • 12

 

Questions posées par Gregory le Mormeck, retranscription par Nicole Alamasse, avec la participation de Pastigo, Prune, Ovale Masqué, Marcel Caumixe, L’Affreux Gnafron, Damien Try. Les décors sont de Roger Harth et les costumes de Donald Cardwell. 

 

Grande adepte des lieux de débauche perpignanais, Prune, notre envoyée spéciale en terre catalane a une nouvelle fois réussi à décrocher un rendez-vous avec un joueur de l’USAP pour le faire passer sur notre grill. Et non des moindres, puisqu’il s’agit du capitaine Bertrand Guiry. L’occasion était trop belle pour qu’une petite délégation ne se réunisse sur les lieux du crime afin de rencontrer cette star montante du rugby catalan, de faire le tour des débits de boissons du coin et d’assister à une nouvelle défaite de l’USAP à domicile.

C’est donc après une première nuit alcoolisée que nous débarquons chez Bertrand (car oui maintenant on l’appelle Bertrand) à quelques heures du match qui opposera l’USAP au Munster (match qui s’est arrêté à la 79ème minute, sur la victoire des Catalans, comme vous le savez tous).  L’œil collé, le teint pâle, et avec de vieux relents de whisky-fraise dans le gosier, nous attaquons notre questionnaire.

Equipe__49073d1c69b30_

Bertrand lors de sa période cheveux longs. Il a ensuite préféré les couper pour cesser d’être confondu avec Jean-Pierre Perez, et donc d’être systématiquement pénalisé dans les rucks.

 

  • Bonjour Bertrand, beaucoup de nos lecteurs ne suivent pas les matchs de l’USAP et préfèrent découvrir les talents catalans une fois qu’ils ont signé à Clermont ou à Montpellier. Peux-tu te présenter rapidement ?

 

Alors, je m’appelle Bertrand Guiry, j’ai 25 ans, et je joue à l’USAP depuis l’année du titre. Je suis né à Perpignan. Et j’ai effectué des études de commerce à Toulouse, études que j’ai terminées il y a 2 semaines.

 

  • On dit de toi que tu es un joueur intelligent. Dans un club qui a connu Jean-Pierre Perez, Henry Tuilagi et Grégory Le Corvec en 3ème ligne, ne te dis-tu pas que tu n’es pas vraiment à ta place ?

 

On avait tous des profils assez différents, ce groupe est très complémentaire je crois. C’était la force de cette 3ème ligne lorsqu’on jouait ensemble. Il faut faire la distinction entre l’agressivité (parfois au-delà des règles) et l’intelligence d’un mec. Les mecs cités sont réputés pour leur agressivité sur le terrain, mais restent RELATIVEMENT intelligents en dehors.

 

  • Relativement ?

 

Je t’ai pas dit que c’étaient des lumières non plus.

 

  • On dit parfois de toi que tu es à la porte de l’EDF, à l’instar de jeunes comme Burban, Rabadan ou Lamboley. Quand tu vois Le Roux, Claassen, Nyanga ou Dusautoir en EDF, ça te fait pas un peu chier de te faire piquer la place par des étrangers ?

 

C’est fatiguant cette discrimination positive.

 

  • Mais d’un côté, si tu es sélectionné, Lartot risque d’évoquer « La vache Guiry » à l’antenne (dont le copyright est propriété de Gregory Le Mormeck). Es-tu mentalement prêt à ça ?

 

En fait des amis ont déjà arboré une banderole avec ce slogan lors d’un match contre Toulon. Du coup je suis déjà mentalisé pour ça.

 

  • Tu as l’image d’un garçon intelligent. Tu es jeune et capitaine. Ne devrais-tu pas songer à agresser des flics à la sortie des bars pour développer ton côté Bad Boy ?

 

Je suis plus dans une mouvance contre-culturelle. Et frapper des flics ça a déjà été fait au club par le passé. Je songe à autre chose pour affirmer mon côté Bad Boy.

 

  • Ton nouveau président affiche son ambition d’un titre d’ici 3 ans. Est-ce réalisable, ou tu penses que le mec ne tourne pas qu’à l’eau ? Rivière ? A l’eau ? Bonne blague ? Putain mais qui a écrit ça ?

 

Non, je pense que c’est réalisable, même si c’est très ambitieux. Mais il faut avant cela pointer les défauts du club et y remédier. Notamment au niveau structurel et organisationnel où on est en retard, ce dont le président et le directeur général semblent avoir conscience. Et ils travaillent depuis un certains temps dessus. Leur discours est convaincant, et j’ai confiance en eux. C’est malheureusement aussi une question d’argent, on n’a pas les mêmes moyens financiers, de structures ou de ressources humaines. Il faut laisser le temps aux choses de se mettre en place, et être exigeants envers nous-mêmes.

 

  • Quel a été le départ le plus dur à supporter pour toi ? Celui de Porical ou de Mas ?

 

Les deux, de façons différentes. Jérôme est un pote, mais j’étais content qu’il ait l’occasion de rebondir dans un club ambitieux. Nico, je m’y attendais moins, donc forcément j’étais déçu. Mais on ne doit pas se donner le temps de trop cogiter, il faut vite basculer sur autre chose…

 

  • D’ailleurs ça marche bien pour lui quand il revient !

 

Oui, c’est insupportable. Mais c’est la meilleure réponse qu’il pouvait donner à ceux qui l’ont critiqué.

 

  • Qu’attends-tu le plus à l’USAP ? Un titre de champion de France, le retour de Dan Carter, ou la retraite de David Marty ?

 

Ce dont on a le plus envie, c’est de gagner des titres. Que ce soit en H-Cup ou en championnat. Mais il faut rester lucides. Pour l’instant on ne lutte pas avec les mêmes armes que les meilleures équipes. Alors il faut se donner un peu de temps pour réaliser ça. Mais à terme c’est ce qu’on souhaite oui.

 

  • Sinon tu peux nous l’avouer, l’Amlin Cup te manque un peu ?

 

Ah oui. Les matchs à Prato, Rovigo, et euuuuh l’autre « club » italien (personne ne s’en rappelle …) ah ben Rovigo en fait. Mais le plus étonnant, c’était chez les Basques l’année dernière (seul le chef se rappelle du nom de l’équipe : Gernika ). Là c’était magnifique. Fallait voir le stade. Ca m’a rappellé quand je jouais à Millas, mon club d’enfance

 

  • N’est-il pas trop dur de se faire gueuler dessus pendant 80 minutes par le sosie de Jean-Pierre Coffe ?

 

Si si c’est dur, surtout que je n’y connais pas grand chose en cuisine…

 

  • Et pour ce qui est du surnom de Monsieur Patate. Colle-t-il avec la réalité du personnage ?

 

Joker !

 

  • Milites-tu pour le retour de la Bronca à l’entrée des adversaires sur la pelouse ?

 

Ouais complètement, c’est le genre de truc qui me plaît.

 

  • Du coup, que représente la catalinité pour toi ?

 

C’est beaucoup de passion avec les avantages et les inconvénients que ça engendre. C’est à dire que c’est beaucoup dans l’affectif, et c’est ce qui donne du charme au truc, qui rend les valeurs d’ici attachantes. Mais d’un autre côté, c’est le manque de recul aussi parfois. Ce qui fait que ça peut envenimer les situations des fois. Mais dans l’ensemble c’est un truc très attachant.

 

  • Suite à ça, ressens-tu une sorte de pression de la part du public ? Car on est un peu cons nous les Catalans !

 

Non pas vraiment. On ressent de la ferveur… mais l’ambiance s’est un peu atténuée, et ressemble un peu plus à celle dans les autres stades.

(A ce stade-là il est important de signaler que le sieur Mormeck ressent un peu de fatigue, car il est encore bourré de la veille et ressent une furieuse envie de faire ses besoins naturels. Mais on y reviendra plus tard.)

 

  • Tu as fait plein d’études. Tu fais donc partie des quatre joueurs pros à savoir lire ET écrire. Te sens-tu rejeté ? (La même question a été posée à Jonathan Best, et on n’a pas compris la réponse.)

 

Non non…

 

  • Tu le caches ? Tu en as honte ?

 

Non non, c’est une fierté. Si c’était à refaire je le referais cent fois. Et sur ça je m’en fous de ce que pensent les autres.

(Pour rappel, à l’heure où nous publions cet article, Bertrand attend toujours les résultats de son examen. S’il faut il est aussi con que les autres.)

 

  • Tes études t’ont amené en Irlande où tu as pratiqué le rugby. Est-ce que cette expérience t’a aidé à comprendre l’arbitrage en H-Cup, ou ces salauds de Britons nous prennent vraiment pour des cons ?

 

Pas vraiment car je n’évoluais pas au plus haut niveau.

(Bertrand à joué au Terenure RFC, dans la banlieue de Dublin. Un club de milieu de tableau de première division irlandaise, un niveau semi-amateur, en dessous des provinces qui participent à la H-Cup et la Ligue Celtique.)

 

  • Tu as aussi étudié et joué à Toulouse avec ton école. Du coup, cela t’a-t-il aidé à acquérir ce sentiment d’arrogance et de supériorité qui les caractérise ?

 

Ah ouais, complètement tu vois.

 

  • Et maintenant qu’il y a prescription, tu peux nous l’avouer. Tu as déjà joué avec ton école sans prévenir ton club !?

 

Euuuuh oui. Au tout début

 

  • Lors du sacre de 2009, l’USAP a fait chanter Cali avant le match. Ne penses-tu pas qu’il s’agit là de jeu déloyal ?

 

Mais c’est sympa Cali !

 

  • Bunyeta ou Rousquille ? Muscat ou Banuyls ?

 

Bunyeta. Muscat

 

  • Brian O’Driscoll ou Marty ?

 

BOD

 

  • Ah bon, pourquoi ?

 

Je reste dans le truc professionnel, y a pas d’affectif.

 

 

Il cherche à plaquer le 9. Mais il était trop chaud, il a craqué un peu. Et à ce moment-là il se rappelle sa jeunesse, et ses cours de saut en hauteur. Mais il aurait pu nous faire un petit fosbury, ça aurait eu plus de gueule. Nan mais il était trop chaud, il a craqué ça arrive. C’est son tempérament…

 

  • On dit que Perez peut marcher sur l’eau. Est-ce vrai ?

 

Jean-Pierre, avec le mental qu’il a, il peut tout faire.

 

  • T’as des exemples de truc qu’il pourrait faire auxquels on n’est pas prêts ? Même si ce n’est pas légal.

 

C’est un stakhanoviste. Il s’épanouit dans le travail. Mais aussi dans le bricolage. Il est ultra passionné.

(Petit point explicatif pour nos lecteurs perdus par tant d’érudition. Stakhanovisme : Doctrine soviétique faisant l’apologie du travailleur dévoué à son travail et étant très productif.)

 

  • As-tu déjà visité la maison de Carter à Collioure ? Elle existe vraiment ?

 

Non. Je pense que c’est une grosse intox.

(Brisant tout espoir d’un retour tant attendu du Catalan Dan Carter, cette réponse fait verser une larme à Gregory Le Mormeck)

 

  • On dit qu’en dehors du rugby tu es hyper distrait. Quelle est ta plus grosse connerie ?

 

Pour la finale de la Coupe du Monde, on a fait une soirée à la maison. Et le lendemain je suis parti tôt, laissant une copine enfermée à l’intérieur. Elle était pas très contente…

 

  • Avant, le ¼ d’heure catalan c’était lors d’une des deux premières mi-temps. A présent c’est lors de la troisième. Tu peux nous en dire plus ?

 

Je ne suis pas tout à fait d’accord. Malheureusement, je pense que même si on garde un côté festif, ça reste calme en comparaison de ce qui se faisait il y a plus de 10 ans.

 

  • Bernard Goutta a une tribune à son nom à Aimé Giral. Manas à Dax. Est-ce que tu penses que tu en auras une aussi ? Voire une buvette ?

 

Mais y’a intérêt. Par contre, contrairement à Bernard, j’espère l’avoir pendant que je joue encore.

 

  • Après Gui Ry, Gui Rado, et Gui Toune, on annonce Gui Teau à l’USAP. Qu’en est-il ?

 

Ah bon ? Je ne savais pas.

(A ce moment précis même nous commençons à avoir honte de nos questions qui avaient l’air plus drôles à l’écrit)

 

Il paraît que le budget alimentation de l’USAP est le premier poste de dépense. Lequel des Sébastien en est responsable ?

Difficile à dire, mais je pense que c’est Vaha.

 

Au cas où ça ne paraitrait pas évident, on va passer aux questions à la con.

  • Le joueur avec qui tu aurais aimé jouer sur le terrain ? Et ne réponds pas Romain Terrain. Ni McCaw : ça nous fait chier, en fait.

 

Dommage, c’est le premier à qui j’ai pensé. Je dirais Jauzion alors. Je le bade vraiment. Jauzion c’est la classe, et je l’aurais volontiers fait signer à l’USAP.

 

  • Celui que tu n’aimerais pas croiser sur un terrain ? Et encore moins dans rue sombre et étroite.

 

Taumalolo quand il est énervé. Il a la force, la technique, le tempérament. Sinon c’est un mec hyper gentil.

 

  • Celui avec qui tu ouvrirais un bar à putes à Bogota ?

 

Non je ne ferais pas ça à Bogota. Je continuerais à faire tourner l’industrie catalane. Et je rapatrierais certainement Chouly pour m’épauler. Il gèrerait les platines et l’aspect commercial.

 

  • Celui avec qui tu aimerais faire une troisième mi temps ?

 

Et bien j’ai de très très bons souvenirs de Carter après le titre. C’est pas un gros bringueur. Mais quand il le fait, il le fait bien. Et c’est sympa, car ça contraste avec son image de mec sérieux.

 

  • Celui avec qui tu partirais à la chasse à mains nues dans la forêt amazonienne ?

 

Charles Géli, sans hésitation. Avec Charles tu peux y aller, il a ce côté sauvage qui colle bien.

 

  • Celui avec qui tu partagerais une cellule ? Tu peux répondre Votu.

 

Personne, je ne compte pas aller en prison.

 

  • Très vite. Thé ou café, levrette ou 69 ?

 

Thé, levrette.

 

  • Il reste 10 minutes à jouer. Tu serais plus du genre à faire une cagade qui offrirait le match à l’adversaire, ou à te sacrifier sur plaquage cathédrale et prendre un jaune ?

 

Carton jaune… mais elle est un peu nulle ta question.

 

  • Du coup tu préfères te faire défoncer en mêlée, ou prendre un cad deb’ d’école ?

 

Le cad deb’.

 

  • Damien Traille ou Mac Gyver ?

 

Mac Gyver.

 

  • Pour la troisième mi-temps, Mike Phillips ou Paris Hilton ?

 

(petite hésitation) Paris Hilton. Mais je pense que Phillips doit régaler aussi en soirée.

 

  • C’est qui le plus fort ? Cudmore, Botha ou l’hippopotame ?

 

L’hippopotame.

 

  • Tu préfères te faire plaquer par Alasdair Strokosch ou par ta petite amie ?

 

Je n’ai pas de petite amie, donc ça me ferait moins mal de me faire plaquer par elle que par Strokosch.

 

  • La chanson paillarde que tu aimes secrètement ?

 

Quand il pète il troue son slip.

 

  • Explique nous la règle du plaqueur/plaqué sans ponctuation.

 

Mais y’a plusieurs règles sur le sujet.

(Ce qui constitue à ce jour la réponse la plus intelligente qu’on ait obtenue à cette question)

 

  • Ça t’étonne Bastareaud qui mange un yaourt ?

 

Ca me laisse indifférent.

 

  • Pour toi c’est quoi les valeurs du rugby ? Et pas de baratin, ne fais pas comme si tu nous vendais des licences !

 

L’effort collectif, les qualités physiques, la technique individuelle, l’agressivité.

 

  • Pour conclure, pourquoi as-tu perdu ton temps à répondre à ces conneries ?

 

Parce que j’avais rien à foutre jusqu’à 16h et le match contre le Munster. 

  • Un oubli, quelque chose à ajouter, un mot ?

 

J’étais content de vous rencontrer et de voir vos têtes. Mais un peu déçu.

  • A qui voudrais-tu qu’on pose ce questionnaire ?

 

Porical. Ça pourrait être marrant.

Tout est dans la boîte, ou presque. Car après une heure d’un entretien sympathique où ne manquaient que les bières, il est temps de prendre congé de notre hôte et d’aller relancer la machine à la buvette du Canigou. Juste le temps pour notre leader Gregory Le Mormeck d’aller libérer ses boyaux sur le majestueux Trône de Bertrand, qui nous confie ressentir un profond sentiment de supériorité lorsqu’il s’y asseoit. 

toilettes guiry
 

En petit bonus, un extrait audio : Pastigo a une proposition pour Bertrand…