ASM : La Stratégie de l’échec
par La Boucherie

  • 18 octobre 2013
  • 15

 

Par Ovale’King Dead

(Parce que vivre à Clermont et supporter l’ASM, ça s’apparente un peu à un film d’horreur dramatique)

 

Cette année, notre stratégie est mûrement réfléchie : faut surtout pas qu’on soit « les-favoris-les-plus-fort-du-monde-qui-peut-les-battre ? ». Etant donné que quand on est sûr de gagner, on a autant de mental que Marie-José Pérec à Sidney, le mieux c’est qu’on arrive outsider. Donc on va tout faire pour perdre, mais perdre comme des cons hein, surtout pas avec les honneurs sinon ça marcherait pas ! Il faut vraiment qu’on passe pour des guignols.

Et puis t’façon, faut perdre un match si on veut gagner cette put*** de compétition. Bon l’année dernière on le savait mais c’est vrai que le choix de perdre le dernier match, c’était pas le plus judicieux, donc cette année on va les perdre avant.

À domicile, non, chez les rosbeefs et chez les consanguins non plus. Bon ben il reste le Racing.

C’est parfait, en plus ils viennent de perdre chez eux contre Grenoble donc tout le monde va nous voir gagnants, la défaite sera encore plus belle. Bon par contre il faut quand même qu’on fasse ça discrétos pour pas éveiller les soupçons sur notre stratégie.

L’équipe alignée est donc fidèle à cet état d’esprit. Hines, c’est 3 pénalités pour l’adversaire minimum. Derrière : Parra pour les choix de jeu intelligents, James pour le mental, et puis la 5ème division de panzers pour l’incertitude dans les courses (lol). On peut par contre s’interroger sur le choix de ne pas aligner Bardy et Vosloo ensemble et sur le fait de ne pas voir Rado sur la feuille de match, lui qui a pourtant été si brillant dans cette stratégie face à Paris, mais il est vrai que ça aurait peut-être été un peu trop flagrant ! Mettre un talonneur systématiquement à la charnière, c’est vite grillé…

Reportage au cœur du vestiaire clermontois avant le match [Point BFM TV©]

tidoc--417cfa6

On dirait qu’elle est à poil, ça va faire du clic

 

Vern Cotter : « Rappelez-vous, il faut pas qu’ils gagnent, il faut vraiment que ce soit nous qui perdions, donc on leur prend leurs touches et leurs mêlées, on garde les ballons et au moment où tout le monde pense qu’on va marquer, on les dégueule. On fait comme la semaine dernière contre Toulon, si vous percez, courrez en touche, vomissez le ballon, débrouillez-vous pour pas marquer. »

Franck Azéma : « Brock (James, ndlr, précisons-le car il y a beaucoup de Brock dans le Top 14), tu sais que ta prolongation dépend de ces défaites, donc applique toi ! Wesley (Fofana, précisons-le car il y a beaucoup de Wesley dans le Top 14 ndlr) reprend un peu de truffade, il faudrait pas que tu coures trop vite ! Lee (Burne,ndlr) pas de passe, surtout pas de passe ! Roro (Aurélien Rougerie, ndlr), si tu peux chialer dès qu’on prend 3 points pour ajouter un petit côté drama ! »

 

Le match :

Début de match, Clermont applique la stratégie à merveille et garde le ballon pour ne rien en faire.

10ème minute de jeu : Premier coup dur pour Clermont : Bardy est toujours sur le terrain. En tribune, Vern Cotter enrage : « Mais qu’est-ce qu’il fout put*** ? Oh ! À quelle heure le carton ? ». Visiblement Bardy n’est pas dans son assiette, le médecin a forcé un peu sur sa dose quotidienne de lexomil pour ne pas qu’il bouffe sa cage, 8 cachets, ça fait beaucoup.

À cause de cette erreur de Bardy, c’est Clermont qui obtient une pénalité. James pense qu’il devrait la prendre parce qu’elle est facilement ratable pour lui, Parra pense que c’est plus joli de perdre après avoir ouvert le score. C’est donc finalement Parra qui la tente et qui ouvre le score.

20ème minute de jeu : deuxième coup dur pour Clermont : Sivivatu qui dormait pendant le brief n’a pas entendu les consignes et a déjà percer 3 fois la ligne du Racing. Heureusement pour Clermont, Rougerie et Fofana, eux au moins étaient attentifs et n’étaient donc pas au soutien pour ne pas risquer de marquer. Sur le bord du terrain, c’est Franck Azéma qui s’agace « Mais remettez lui sa caravane au cul, il va tout faire foirer ! »

À cause de cette erreur de Sivivatu, c’est à nouveau Clermont qui obtient une pénalité. Parra la met, c’est quand même mieux de perdre 7-6 !

Le match s’annonce très compliqué pour l’ASM puisqu’à la 25ème minute de jeu, le Racing a déjà manqué un quart de ses plaquages. À ce rythme Clermont pourrait bien finir par marquer. Finalement Sexton marque 3 points, mais Chavancy refait faute juste derrière. Parra réussi à nouveau la pénalité parce qu’il reste largement assez de temps pour perdre 10 à 9.

Sur le renvoi, Chouly perce lui aussi. Sur le banc Clermontois on se crispe, l’action pourrait être dangereuse mais Hines soulage tout le monde en faisant un bel en-avant.

 

Mi-temps :

Dans le vestiaire clermontois, on est plutôt satisfait. Seul Sivivatu prend une soufflante pour ses percées à répétition. Il a un peu de mal à comprendre puisque de là où il vient, on joue au rugby entre amis, pour le plaisir, les pieds nus sur les coquillages et peu importe qui gagne, tout le monde est content à la fin, et on mange du poisson tous ensemble [Point Pierre Villepreux ©].

Bonnaire, le cerveau de la bande se demande quand même pourquoi on leur donne pas tout simplement le ballon pour qu’ils marquent ! Franck Azéma, mort de rire, lui répond qu’ils seraient pas capable de marquer sur un exercice de mise en place, alors en faisant des passes et avec des adversaires en face…

Du coup Vern Cotter a une idée !

Deuxième mi temps :

Sivivatu perce tout de suite mais bizarrement, ça n’affole pas les coachs auvergnats. Il transmet à Nalaga tout seul, les autres collent des gommettes au milieu du terrain et ne sont pas au soutien. Nalaga perd le ballon, Andreu récupère, pas de passe, pas d’adversaires, Fofana fait genre de revenir sur lui en moonwalk. Essai du Racing, le plan clermontois a fonctionné à merveille, c’était pourtant si simple.

10 à 9 pour le Racing, les supporters auvergnats seuls présents dans le stade chantent « Ils sont où les Auvergnats » pour en rajouter une couche dans l’humiliation, ça fait partie du plan.

Histoire qu’on puisse pas mettre un drop ou tenter une pénalité à la fin, il faudrait 3 points de Sexton et c’est donc Brock James, le bad boy bougnat qui se charge d’assassiner un racingman d’une tongienne dont il a le secret. Derek Bevan, l’arbitre vidéo décide qu’il s’agit bien d’une pénalité. En voyant Bevan à l’écran, Abdellatif Benazzi se met à pleurer, Olivier Merle mange un enfant et Marc Cécillon prend un fusil et tue sa télé.

tidoc-2-417cff9

Tiens c’est bizarre, il est où Marc ?

Vous noterez aussi qu’en 1995, Pierre Berbizier avait encore une âme et que le calendrier des Dieux du Stade n’aurait jamais pu exister.

13 à 9, c’est parfait, Clermont est obligé de marquer un essai pour gagner et va donc tout faire pour que ça n’arrive pas. Parra obtient une pénalité de 35 mètres face aux poteaux et décide donc de la taper en chandelle 20 mètres au dessus des perches pour être sûr qu’on ne voit rien. Lee Burne joue parfaitement un 3 contre 1 en gardant le ballon. Sur une autre action dangereuse avec un boulevard devant lui, il fait preuve d’un grand sang-froid en lâchant le ballon tout seul alors qu’il n’y avait plus beaucoup de solutions pour échouer. Pour finir, alors qu’on les concasse en mêlée, Nalaga fait preuve d’une grande intelligence situationnelle en jouant vite une pénalité à 5 alors qu’un essai de pénalité dangereux aurait sonné le glas de cette belle défaite clermontoise.

Score final : 13 -9 échec réussi !

 

Moment lol du match :

Nalaga qui percute Andreu d’une grande enjambée. Andreu, 1m20, la tête du mauvais côté se fait cintrer. Bevan décidera qu’il s’agit d’une faute et donnera un carton à Nalaga puisqu’en tant qu’îlien, il a la violence dans les gênes [Point Fabien Galthié©]. En même temps, pour mettre toutes les chances d’échec de son côté, l’ASM avait décidé de ne pas offrir de montre en or à Bevan et de lui payer des vacances en Auvergne.

 

Les joueurs :
Si Sivivatu choisi de jouer uniquement les matchs de H-Cup, Fofana,lui, a décidé de ne plus jouer que les matchs du XV de France en Coupe du monde. Bardy n’a fait qu’une seule faute, et encore sans faire exprès, c’est nul ! Les autres on s’en fout.

tidoc-3-417cffc

Pour le community manager de l’ERC, ce n’est pas Sivivatu l’homme du match. En même temps, il y a rien qui ressemble plus à un Fidjien qu’un autre Fidjien. [Point Thierry Rolland©]

 

Conclusion :

Faire le jeu, perdre et s’en foutre, l’ASM devrait s’exiler dans le Super XV !