Ovale Masqué analyse Toulouse – Castres
par Ovale Masque

  • 20 août 2012
  • 20

 

Texte initialement et intégralement publié sur le Carré d'Info.

L'année dernière, Ovale a en effetsigné un contrat avec ce site : bourré, il avait cru qu'on lui proposait un « carré de nymphos ». Sa déception a été grande quand il a découvert qu'il s'agissait en fait d'un site d'infos basé à Toulouse, ville dans laquelle il est recherché mort ou vif par une grande partie de la population. Loyal malgré tout, il a accepté de continuer sa mission et continuera à nous livrer chaque semaine ses analyses frelatées des matchs du Stade. 

 

C’est la reprise. Le board exécutif de Carré d’Info – selon mes sources, juste quatre gars en t-shirt Waïkiki qui font semblant de prendre des décisions cruciales dans le cagibi qui leur sert de bureau – a décidé de prolonger mon contrat d’une saison. Je n’en ai été informé que la semaine dernière… Ce qui n’est pas bien grave au final puisque personne ne m’avait proposé un meilleur job de toute manière. Pendant ce temps, Nicolas Vergallo, lui, bénéficie toujours d’un emploi fictif au Stade Toulousain. Allez comprendre…

Bref, c’est la reprise. Et un article de reprise, c’est un peu comme un match de reprise : le jeu n’est pas très bien en place (les vannes tombent souvent à plat), il y a des en-avant tout le temps (des fautes d’orthographe qui traînent un peu partout), les joueurs ont 5 kilos en trop (l’article fait 12 pages word) et pour en venir à bout, vous aurez probablement besoin de faire une pause déshydratation au bout de 20 minutes de jeu. Mais là, je vous conseille de boire autre chose que de l’eau, ça vous aidera à rejoindre l’état d’esprit de l’auteur.

Castres, le no-life du Top 14 qui perd toujours à la fin

Castres, c’est le mec qui bûche à fond toute l’année et qui sacrifie toute notion de vie sociale pour se consacrer à ses études, puis qui termine à chaque trimestre avec un 12 de moyenne. Toulouse, c’est le beau gosse doué qui n’en branle pas une, tombe toutes les meufs et récolte un bon 18 à chaque coup sans se fatiguer. Du coup Castres rêve en secret du jour où il mettra une bonne branlée à Toulouse. Mais ce jour n’arrive jamais et [SPOILER] pas davantage ce vendredi.

Nouveauté : La composition du Stade en infographie

Après avoir recruté « à la Toulonnaise » la saison passée, le Stade a été sage sur le marché des transferts cet été. D’ailleurs, seules deux recrues sont présentes dans le XV de départ : Yoann Huget et Gary Botha. Oui, Gary Botha est arrivé l’année dernière, mais sachant qu’il a joué 6 matchs, on va faire comme s’il était nouveau. Pour le reste de la compo, j’ai réalisé une

canadian pharmacy generic viagra

 infographie sur Paint pour gagner du temps. Vous vous en contenterez en attendant que le site me paye un stagiaire graphiste que je pourrai frapper pour exprimer ma frustration à chaque fois que Luke Burgess touche le ballon.

 
Composition du Stade Toulousain contre le Castres Olympique le 17 août 2012 / Carré d'Info

 

Première période : Romain Poite ce cowboy et duel de gâchettes

Premier match de la saison pour le Stade, mais également premier match de la saison pour le meilleur arbitre du Monde de France, Romain Poite. Car oui, depuis deux ans, Romain est devenu une vedette : il a arbitré une finale de H Cup, de Top 14, la Coupe du Monde… Alors, il se prend un peu pour un cowboy. Dès le coup d’envoi, on a senti qu’il était chaud du sifflet, un peu en mode Judge Dredd « La loi c’est moi ». Romain Poite a beaucoup d’autorité malgré son physique de comptable et il tient à ce que tout le monde soit au courant. D’ailleurs, Romain est tellement beau gosse qu’il n’a pas hésité à siffler au moins trois fautes contre Thierry Dusautoir. Oui, LE Thierry Dusautoir, le meilleur joueur du Monde de France.

Vous comprendrez donc que la première période du match a été très hachée et peu passionnante. On assiste à un duel de buteurs entre Rory Kockott et Yoyo le Lumérien Beauxis, deux gars aussi réputés pour leur précision au pied que leurs choix discutables en matière de coupes de cheveux. Yoyo rate deux pénalités mais à la mi-temps c’est quand même Toulouse qui est devant, 15-12.

On aurait presque cru à un moment que Canal + s’était foutu de nous en nous rediffusant la demi-finale de mai dernier, mais si on est un tant soit peu attentifs on voit bien que :

  • Les maillots toulousains sont encore plus moches que la saison passée
  • Yoann Huget est là, même si on ne l’a vu que deux secondes, le temps de se faire mettre un vent par Brice Dulin, comme dans une captation live d’un épisode de Tom & Jerry. La seule belle action du premier acte.

 

La suite, à lire sur le Carré d'Info en cliquant sur la phrase en rouge souligné. Allez faîtes un effort, c'est facile. 

zp8497586rq