MHR : Le bilan
par Fufu Bieragogo

  • 03 juillet 2012
  • 7

Par Fufu Bieragogo,

Bilan d'une saison : le MHR

Au lendemain d'une saison 2010-2011 aussi surprenante qu'un cadrage-débordement de Sylvain Marconnet, le Montpellier Hérault Rugby, tel un adolescent boutonneux après sa première cuite, affiche une gueule de bois monumentale pour commencer une nouvelle étape de sa vie, la saison de la confirmation. Qu'à cela ne tienne, Tonton Droopy a plus d'un tour dans son sac, et recrute une légion de gaùchos poilus puant la téquila accompagnés de deux-trois français pour faire plaisir aux gros messieurs de la LNR. Deux dolipranes plus tard, revoilà nos valeureux guerriers à la fleur de ciste prêts à repartir à l'assaut du Brennus, toujours emmenés par Capitaine Ouedraogo, et décidés à revenir faire chier le beau monde du Top14. Objectif qu'ils ont réussi tant bien que mal à accomplir. Retour sur une saison en dents de scie.

Le flop :

Comme si ce n'était pas déjà assez chiant comme ça, tous les 4 ans, la plupart des meilleurs joueurs du Top14 délaissent leur équipe pour aller prendre une branlée contre les Blacks ou les Bocks. La « Coupe du Monde », qu'ils disent… C'est un peu comme quand les parents disent à leurs gosses : « on te laisse la maison ce soir, sois-sage! ». Et dans cette situation se crée le plus souvent un schisme entre les enfants modèles (comprenez Toulouse et Clermont), et ceux qui partent complètement en cacahuète. Cette année, ce furent Biarritz, Perpignan, et bien sûr Montpellier.
Ainsi, pour le MHR, la période « Mondial » fut un atroce chemin de croix, parsemé de résultats humiliants : défaites à domicile 12-28 contre Brive et 16-20 contre Bordeaux, et pire encore, un match nul à Charléty contre les flamants roses.
Plus que jamais, la propriété mathématique MHR – Ouedraogo = Défaite prenait du sens.
Au retour des internationaux, après 9 matches, le Droopy Squad campait à la 13ème place, avec comme voisin de palier le BO. La honte. Sans oublier qu'à l'horizon se dessinait l'ombre grandissante d'une armée de puissants Irlandais emmenée par ce qui semblait être un troll des cavernes… Il était impératif de se ressaisir.

Non, Julien Tomas n'imite pas Fabien Galthié, il a juste les glandes parce qu'il vient de perdre contre Brive.

Le Top :

Cette saison marqua également le baptême du feu en H Cup pour les Argentino-Géorgiens, dépucelés avec un match à La Mosson contre le champion en titre, le Leinster. Le jouvenceau sudiste allait découvrir les choses de la vie avec la vieille taulière irlandaise du quartier, 30 ans de métier. Dur. Et si les premières fois sont souvent décevantes, les hommes de Fufu n'ont pas été ridicules, loin de là. Certes, un nul 16-16 à domicile n'est pas un résultat extraordinaire, mais ce match marqua la fin de la crise, et prouva une bonne fois pour toutes que les Montpelliérains pouvaient légitimement jouer les troubles-fêtes en Coupe de la bière. Même si une victoire n'aurait pas été imméritée, ce premier match européen de l'histoire du MHR a eu le mérite de relancer les Héraultais, qui réussirent à se hisser à la 5ème place à la fin de la saison régulière. Quoi? Un match retour perdu 25-3 à Dublin? Un détail.

Astérix et Obélix en H Cup : le Volume 2 bientôt disponible

Le boucher de la saison :

Beaucoup à Montpellier pouvaient prétendre à ce titre plus qu'honorifique, mais après délibération de la Chambre des bouchers montpelliérains, il fut décidé qu'un homme méritait la récompense plus que quiconque.
Mais comme on sait très bien que lire un article entier constitue un effort surhumain pour nos fidèles lecteurs, et qu'il faut bien vous distraire, on va vous laisser deviner l'identité de cet illustre boucher. Prêts?

TOP : Je suis un joueur de rugby ardéchois culminant à 4 Pierre Mignoni de haut. Je partage mon patronyme avec une grande maison de cognac, et suis réputé pour mon a

free traffic boom review

ttirance manifeste envers les secondes lignes adverses. Sélectionné 23 fois en équipe de France, mon cerveau brillant par son absence m'empêche de m'imposer en troisième ligne. Exilé à Bayonne, je rejoins le MHR pour la saison 2011-2012 au cours de laquelle je me dispute avec mon copain toulonnais Olivier Missoup qui m'avait appelé Patricia Kaas. Le conflit se termine dans le bureau du proviseur. Je suis, je suis?

L'arnaque de la saison :

En bon numéro 9 qu'il était, Fabien Galthié fit preuve de roublardise au moment du mercato, et recruta malin, à l'image d'Amorosino, Audrin ou Creevy, qui ont vite fait leur preuves. Mais comme toujours, une exception est venue confirmer la règle…
Escroquerie, malversation, vol, friponnerie, carambouille, filouterie, enc*lade… Tels sont les synonymes que connait la langue française pour désigner le terme « arnaque ». Mais une nouvelle locution est désormais tolérée, et elle tient en quatre mots : Jean-Baptiste Peyras Loustalet.
Recruté à l'intersaison pour apporter un plus à la ligne d'attaque montpelliéraine, J To the B s'est surtout fait remarquer pour son placement hasardeux, sa transparence offensive, et surtout sa spécialité, le placage « Porte de Saloon », qui le rend plus inutile qu'un pansement sur une jambe de bois. Et vous voulez la meilleure? Ce mec a été élu « Meilleur joueur IRB des -20 ans » en 2003 !  SANS DECONNER !

Les joueurs de la saison :

Détenteur de l'Oscar Midi Olympique du meilleur joueur étranger 2011, le boucher des Balkans Mamuka Gorgodze a fait honneur a sa réputation, collectionnant clavicules et autres mâchoires. Auteur d'une saison aussi monstrueuse que lui, à l'image de son triplé inscrit contre le LOU en avril dernier, son inexorable progression a fait de lui une pierre angulaire du jeu du MHR. Accompagné de son numéro 8 Alex Tulou, tout aussi impressionnant, et de son capitaine Fufu, il forme l'une des troisièmes lignes les plus effrayantes du Top14.

Mais les surprises vinrent de derrière, avec l'émergence de Gonzalez Amorosino, cousin argentin de Sammy dans Scooby-Doo, principal instigateur des relances épiques depuis les 22, dont Montpellier est passé maître depuis deux saisons.
Autre satisfaction, le jeune Geoffrey Doumayrou, pur produit du terroir originaire du Pic Saint-Loup, qui s'est vite imposé comme solide titulaire au centre. Ce jeune homme avait tout pour réussir, mais il choisit de partir pour le Stade Français avant même la fin de la saison. Il nous manquera.


Un essai de 100m? Chiche!

Et maintenant ?

L'histoire ne s'est pas répétée pour le XV du ciste, éliminé en barrage par des Castrais pas si impuissants que ça. Mais la bande à Fufu a malgré tout réussi à confirmer, s'offrant un deuxième ticket pour la H-Cup 2012, où ils rencontreront leurs ennemis préférés, les Toulonnais. Quatre Montpellier-Toulon la saison prochaine, on a hâte!

Avec la venue de recrues de poids, comme le pilier biarrot Watremez ou le centre anglais Hape, et l'arrivée aux commandes de Super Mario, le MHR peut espérer continuer à offrir du jeu, du vrai, à ce top14 qui devient de plus en plus insipide, et jouer les premiers rôles, même en l'absence des Argentins, qui iront servir de sparring partners au 4 Nations. Jamais deux sans trois, vous êtes prévenus !

 Et la réponse à notre grand jeu était… Rémy Martin évidemment. Surtout ne change rien, on t'aime!

zp8497586rq